Résultats des élections municipales 2020

Afficher une autre élection

En l'attente des résultats des élections municipales 2020, vous trouverez ci-dessous les résultats du scrutin de 2014 :

Les principales communes

Résultats par département

Résultat par régions

Résultats par pays

Résultats Europe : Le parlement européen

Dernière mise à jour : .

Les prochaines élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020. Les dernières élections municipales remontent à l'année 2014. Elles se sont traduites par une large victoire de la droite, une défaite de la gauche et une percée du Front national (devenu depuis le Rassemblement national).

Quel est le bilan des élections municipales de 2014 ?

Aux élections municipales de 2014, au cœur du quinquennat de François Hollande, l'UMP (devenu depuis Les Républicains) a conservé des villes de premier ordre, à commencer par Marseille (Bouches-du-Rhône), où Jean-Claude Gaudin a été aisément réélu. Mais l'opposition s'est aussi emparée de villes auparavant à gauche. A Toulouse (Haute-Garonne), Jean-Luc Moudenc, battu en 2008 par le PS Pierre Cohen, prend sa revanche en regagnant la ville rose. Arnaud Robinet s'est imposé à Reims (Marne) et Gaël Perdriau à Saint-Etienne (Loire).

Les candidats UMP ont connu le même succès à Bar-le-Duc (Meuse), Anglet (Pyrénées-Atlantiques), Brive-la-Gaillarde (Corrèze), La Roche-sur-Yon (Vendée), passée à droite après 37 ans à gauche, et à Limoges (Haute-Vienne), socialiste depuis 1912. Au total, plus d'une centaine de villes de plus de 10 000 habitants ont ainsi basculé à droite.

Le Front national ne dirigeait aucune ville avant l'élection de 2014. Il en a conquis dix au total, notamment Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Fréjus (Var) et Béziers (Hérault). A Marseille (Bouches-du-Rhône), Stéphane Ravier a lui remporté la mairie du 7e secteur, le plus peuplé de la ville.

Pourtant, les figures les plus médiatiques du FN ont été battues. Florian Philippot a été défait à Forbach (Moselle) face au maire sortant PS. Louis Aliot a été battu à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Et Gilbert Collard – soutenu par le FN – a manqué lui aussi son pari, à Saint-Gilles (Gard).

Le PS a perdu de nombreuses villes moyennes. Certains fiefs historiques socialistes ont basculé à droite, comme Limoges et Pau. Parmi les villes qui ont basculé de gauche à droite, figurent aussi Angers (Maine-et-Loire), Laval (Mayenne) et Quimper (Finistère).

Le PS a limité la casse à Paris, où Anne Hidalgo a remporté la mairie, à Strasbourg (Bas-Rhin), où Roland Ries a été réélu, à Lyon, où Gérard Collomb s'est imposé dans une triangulaire, et à Lille (Nord), où Martine Aubry a été réélue pour un troisième mandat. Mais ces victoires ne masquent pas l'important revers subi par la majorité.

Quel est le contexte politique actuel ?

Depuis les élections municipales de 2014, le paysage politique français a été très largement modifié avec l'entrée en scène de La République en marche (LREM). Ce parti politique (initialement dénommé "En marche"), qui a affiché sa volonté de sortir des clivages politiques traditionnels et s’est construit sur le "ni droite-ni gauche", a été lancé en avril 2016 par Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie de François Hollande. Après sa sortie du gouvernement, ce dernier s’est porté candidat à l'élection présidentielle de 2017. Le 7 mai 2017, à 39 ans, il a été élu plus jeune président de la Ve République avec 66,10% des suffrages exprimés, contre 33,90% pour Marine Le Pen.

Aux élections législatives de juin 2017, LREM a présenté des candidats dans toutes les circonscriptions et obtenu la majorité absolue, avec 308 sièges. Le MoDem de François Bayrou, auquel il est allié, a obtenu 42 députés. La majorité présidentielle compte donc au total 350 élus. Les Républicains sont la deuxième force de la législature, avec 112 députés, alors que le Parti socialiste, majoritaire sur la période 2012-2017, ne compte que 30 sièges. La France insoumise (LFI) compte 17 élus, le Parti communiste français (PCF) 11 et le Front national 8.

Les élections européennes de mai 2019 ont toutefois marqué un recul pour LREM. À l'issue du scrutin, le Rassemblement national a obtenu 23,3% des voix, suivi de LREM avec 22,4%. Europe Ecologie-Les Verts a créé la surprise avec 13,5% des suffrages exprimés. LREM part avec un capital précieux pour les municipales, en sortant des européennes en tête dans 32 des 42 principales villes françaises. Mais le scrutin municipal répond à d'autres enjeux, locaux, et accorde habituellement une prime aux sortants, bien identifiés par leurs concitoyens.

Les anciens résultats