France : Résultats en direct des dernières élections présidentielle, européennes, législatives, départementales, cantonales, sénatoriales, municipales et régionales.

Afficher une autre élection

Dernière mise à jour : .

L'année 2017 a été marquée par plusieurs rendez-vous électoraux majeurs en France. Le premier d'entre eux a été l'élection présidentielle, qui a eu lieu les 23 avril et 7 mai 2017. Le scrutin a eu lieu dans tous les bureaux de vote en métropole et dans les collectivités d’outre-mer. Il s’agissait du onzième scrutin présidentiel de l’histoire de la Ve république, le dixième au suffrage universel direct. Au total, plus de 47,5 millions de Français étaient inscrits sur les listes électorales, et donc invités à prendre part au vote.

Que faut-il retenir de l'élection présidentielle ?

Le dimanche 23 avril, au premier tour de l'élection présidentielle, onze prétendants à la présidence de la République se sont affrontés pour succéder à François Hollande, élu depuis mai 2012 : neuf hommes et deux femmes. Il s'agissait d'Emmanuel Macron (En marche !), de Marine Le Pen (Front national), de François Fillon (Les Républicains), de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), de Benoît Hamon (Parti socialiste), de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), de Jean Lassalle (Résistons !), de Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), de François Asselineau (Union populaire républicaine), de Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et de Jacques Cheminade (Solidarité et progrès).

Trop impopulaire dans les enquêtes d'opinion, et extrêmement contesté jusque dans sa propre famille politique, François Hollande a quant à lui été contraint de ne pas briguer un second mandat. Une décision inédite sous la Ve République, annoncée aux Français le 1er décembre 2016.

Pour départager les onze candidats à sa succession, le 23 avril, 77,77% des Français inscrits sur les listes électorales se sont déplacés dans leur bureau de vote, quand 22,23% se sont abstenus. Emmanuel Macron est alors arrivé en tête (24,01%), se qualifiant pour le second tour face à la candidate frontiste Marine Le Pen (21,30%). Au terme d'une campagne plombée par les affaires, François Fillon est arrivé troisième avec 20,01% des voix, tout juste devant Jean-Luc Mélenchon et ses 19,58%. Victime à la fois du bilan de François Hollande, de la concurrence féroce d'Emmanuel Macron à sa droite et de Jean-Luc Mélenchon à sa gauche, Benoît Hamon, lui, a signé le pire score du Parti socialiste à une élection présidentielle depuis la création du parti en 1969 : 6,36%.

Au second tour, le 7 mai, Emmanuel Macron est parvenu à rassembler autour de sa candidature une très large majorité de Français, du centre, de la gauche et de la droite. Marine Le Pen a subi une défaite, même si le nombre de voix qui se sont portées sur elle a augmenté entre le premier et le second tour, dépassant la barre des 10 millions d'électeurs. Un record pour l'extrême droite, mais un score deux fois plus faible que celui d'Emmanuel Macron. Au final, ce dernier a donc été élu pour cinq ans, avec 66,1% des suffrages exprimés et plus de 20,7 millions de voix.

Qui est Emmanuel Macron ?

Elu à seulement 39 ans, Emmanuel Macron est devenu le plus jeune président de la République française. Ancien banquier d'affaires, cet énarque a fait ses débuts en politique en tant que secrétaire général adjoint de l'Elysée auprès de François Hollande en mai 2012. Admirateur de Michel Rocard, mais jamais encarté au Parti socialiste, Emmanuel Macron a été nommé au ministère de l'Economie après le départ du gouvernement d'Arnaud Montebourg, en août 2014. Critiquant volontiers les 35 heures, prônant un assouplissement du travail le dimanche, et défendant régulièrement les entreprises, il s'est attiré à plusieurs reprises les foudres de la gauche française.

Il fonde en avril 2016 son propre mouvement, qu'il baptiste En marche !, et quitte finalement le gouvernement Valls en août de la même année. Après quelques semaines de vrai-faux suspense, Emmanuel Macron annonce, le 16 novembre 2016, sa candidature à l'élection présidentielle 2017. Son credo : incarner une forme de "pragmatisme" qui réunirait des gens de tous horizons politiques, pour dépasser les clivages traditionnels. Un pari gagnant, puisqu'il lui a permis de déboussoler la gauche et la droite tout au long de la campagne, et d'être élu président de la République sans jamais avoir été élu à la moindre élection auparavant.

Que faut-il retenir des élections législatives ?

Dans la foulée de son élection à l'Elysée, Emmanuel Macron a poursuivi sa stratégie d'éclatement des clivages traditionnels entre la gauche et la droite, notamment en prenant pour Premier ministre Edouard Philippe, venu des rangs des Républicains. Un mois plus tard, cette stratégie lui a permis de remporter haut la main les élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

Au final, La République en marche a obtenu 308 des 577 sièges de l'Assemblée nationale. Le PS et les Républicains, eux, ont chacun pris une nouvelle claque électorale. Avec seulement 29 sièges contre 295 en 2012, le Parti socialiste a obtenu deux fois moins de sièges que lors du précédent désastre de 1993. Les Républicains, eux, ont obtenu 113 sièges, perdant environ la moitié de leurs députés par rapport aux 225 parlementaires de l'Assemblée sortante. Ces élections législatives ont également été marquées par l'élection, à l'extrême droite, de Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais, et par l'arrivée, à gauche, de Jean-Luc Mélenchon, élu à Marseille.

Que faut-il retenir des élections sénatoriales ?

Quelques mois après l'élection présidentielle et les élections législatives, un peu plus de 76 000 grands électeurs (députés, sénateurs, conseillers régionaux et généraux, conseillers municipaux) étaient de retour dans l'isoloir, le 24 septembre 2017, cette fois pour renouveler la moitié du Sénat, comme c'est le cas tous les trois ans. Au total, 171 sièges sur 348 étaient remis en jeu.

A l'issue du vote, le groupe des Républicains est resté le premier groupe de la Haute assemblée, et la droite est sortie renforcée de cette élection. Le parti d'Emmanuel Macron, La République en marche, a à l'inverse subi un revers : alors qu'il pouvait s'appuyer sur 29 membres dans l'Assemblée sortante, il n'en comptait au soir du vote plus que 24, avant d'éventuels ralliements. Le mode de scrutin des élections sénatoriales n'est pas favorable aux jeunes mouvements, mais LREM espérait malgré tout faire beaucoup mieux. Les socialistes craignaient une nouvelle déroute, mais ils n’ont finalement perdu qu'une grosse poignée de sièges.

Quelques jours après ce vote, le sénateur LR Gérard Larcher a été réélu très largement à la présidence du Sénat, dès le premier tour. Grand favori du scrutin, le président sortant, au profil consensuel, âgé de 68 ans, a été élu lors d'un vote à bulletins secrets à la tribune. Celui qui se présente comme le défenseur des territoires a été désigné avec 223 voix contre 79 pour Didier Guillaume (PS) et 15 pour Eliane Assassi (PCF).

Quelle popularité pour Emmanuel Macron à l'Elysée et pour le gouvernement ?

Sept mois après l'entrée en fonction du gouvernement, 50% des Français interrogés par l'institut YouGov* portaient un regard négatif sur son action. Selon ce même sondage diffusé le 12 janvier 2018, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a gagné cependant 9 points en deux mois, et s'approchait, avec 41% d'opinions favorables, de son meilleur score de juillet (43%).

A 38% d'opinions positives, le Premier ministre a progressé pour sa part de six points en deux mois, et renouait également avec les bons résultats de son début de mandat.

*Un sondage réalisé en ligne par l'institut YouGov pour le Huffington Post et CNews, du 4 au 5 janvier 2018 auprès de 1 009 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Quelles sont les prochaines élections ?

Outre des élections partielles pouvant survenir localement, aucun scrutin national n'est prévu avant les élections européennes de 2019. L'année 2020 sera ensuite marquée par les élections municipales, qui ont lieu tous les six ans, et par le renouvellement de la moitié du Sénat. Les conseils départementaux et régionaux, eux, seront renouvelés en 2021. Et en 2022, comme tous les cinq ans, les Français seront appelés à voter à l'élection présidentielle et aux élections législatives.

Comment s'inscrire sur les listes électorales ?

"Chaque Français qui devient majeur est inscrit automatiquement sur les listes électorales, à condition d'avoir effectué les démarches de recensement citoyen au moment de ses 16 ans, indique le site Service-public.fr. La mairie informe par courrier le nouvel électeur de son inscription, sans qu'il n'ait de démarche à effectuer. Si toutefois l'inscription n'a pas pu avoir lieu (recensement tardif, déménagement après le recensement, ...), il est possible de régulariser la situation auprès de la mairie ou du tribunal d'instance."

En cas de déménagement, il convient de déclarer la nouvelle adresse auprès de la mairie du nouveau domicile, et ce avant le 31 décembre de l'année qui précède le scrutin auquel on souhaite participer. Par exemple, pour pouvoir voter en 2019, il faut avoir fait la démarche avant le 31 décembre 2018.

Résultats des dernières élections sénatoriales 2017

Résultat par régions

Résultats par département

Cette année, les départements suivants sont concernés par le renouvellement des sénateurs : Indre-et-Loire, Isère, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Loire, Haute-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Haute-Marne, Mayenne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Morbihan, Moselle, Nièvre, Nord, Oise, Orne, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Savoie, Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Val-d'Oise. Le renouvellement concerne aussi les sièges des sénateurs de Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie et Saint-Pierre-et-Miquelon. Le scrutin du 24 septembre 2017 concerne aussi six des douze sénateurs représentant les Français établis à l’étranger.


Les principales communes

Les anciens résultats