• Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Reconnaissant des "difficultés" sectorielles, Emmanuel Macron a appelé les agriculteurs à ne "pas dresser un portrait catastrophiste" de la situation car "la ferme France reste forte". "La ferme France, c'est faux de dire qu'elle est en train de se casser la gueule", a assuré le chef de l'Etat.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE La porte A vient d'ouvrir avec 2h30 de retard. L'accès mène au pavillon 1 où se sont déroulées les heurts ce matin. Une foule dense se dirige enfin vers le secteur. "On attendait depuis 8h30 ce matin", glisse une visiteuse venue de la Sarthe. "C'est notre premier Salon de l'agriculture." Les allées retrouvent progressivement un semblant de normalité.
    (FABIEN MAGNENOU / FRANCEINFO)
  • Avatar
    Avatar
    Lucie Beaugé
    franceinfo Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Fixer un seuil en fonction des denrées pourrait cependant tourner au casse-tête. "Le plus difficile sera de le faire une première fois", mais une fois cela, "on pourra faire évoluer les indicateurs sans tout reprendre de zéro" chaque année, estime la Confédération paysanne. Du côté des économistes, on craint des problèmes de concurrence. Si les entreprises estiment que le prix minimum est trop élevé, “elles iront se fournir ailleurs” qu’en France, anticipe Jean-Marie Séronie, professeur d'économie.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE La Confédération paysanne est le seul syndicat agricole à réclamer haut et fort un prix minimum. Mais récemment, l'idée a été reprise par des partis politiques de gauche. La députée écologiste Marie Pochon a ainsi annoncé le dépôt d'une proposition de loi "visant à instaurer des prix minimums d'achat des produits agricoles".
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Le prix minimum "est un prix en dessous duquel l'industriel ou le distributeur ne peut descendre" pour l'achat d'une matière première agricole, comme le lait, explique l'économiste Thierry Pouch, spécialiste du secteur agricole. Dans ce scénario, "ce sont les pouvoirs publics, à l'échelle nationale ou européenne, qui encadrent ce prix minimum", complète-t-il.
  • Avatar
    Avatar
    Lucie Beaugé
    franceinfo Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Après les mobilisations massives des agriculteurs, Gabriel Attal a promis qu'un nouveau texte de loi serait présenté d'ici l'été pour "renforcer le dispositif Egalim". La Confédération paysanne espère surtout l'instauration d'un prix minimum "qui couvre les coûts de production et la rémunération des producteurs". On vous explique de quoi il s'agit.
     (ESTELLE LESUR-BOURGEOIS / AFP)
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #MAYOTTE A Mayotte, des associations d'aide aux migrants sont prises pour cible. Malgré l'annonce d'une future suspension du droit du sol, la tension est montée d'un cran sur cette île de l'océan Indien, où les humanitaires qui viennent en aide aux migrants sont de plus en plus menacés.
    (OPHELIE VINOT / HANS LUCAS)
  • Avatar
    Avatar
    Dmitri Medvedev
    numéro deux du Conseil de sécurité russe Il y a 0 sec
    "Qu'ils [les Occidentaux] souffrent tous là-bas. Il faut qu'on se souvienne de ça, qu'on se venge d'eux partout où c'est possible. Ce sont nos ennemis."
    #UKRAINE Dmitri Medvedev a juré que son pays se vengerait des nouvelles sanctions occidentales, annoncées hier à l'occasion du deuxième anniversaire de l'offensive russe contre l'Ukraine et de la mort de l'opposant Alexeï Navalny.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un nouveau bilan de 29 606 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Dans un communiqué, il a également fait état d'au moins 92 morts au cours des dernières vingt-quatre heures. Franceinfo n'a pu vérifier ces chiffres de façon indépendante.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE "Vous avez donné des sommes colossales à l'Ukraine, et nous sommes pour l'Ukraine, mais nous, vous nous avez donné des miettes, des miettes !", s'agace un agriculteur. "L'Ukraine, on a donné de l'aide militaire (...) Ce qu'on investit dans notre agriculture, c'est beaucoup plus chaque année. L'agriculture française, au total, on est à 10 milliards et 300 millions de subventions", répond Emmanuel Macron.

La sélection de la rédaction

Les évènements à la Une

La météo du jour

Consultez la météo près de chez vous.

consulter la carte

Les plus lus

L’actualité près de chez vous avec france 3 région et la première outremer

Rubriques

L'univers radio

Les derniers replays et podcasts

Les podcasts

L'univers tv

En direct et en replay

Les derniers JT