Vaccin contre le Covid-19

Résumé de la rubrique

Une arme de choix face à l'épidémie de Covid-19. La campagne de vaccination contre le coronavirus a démarré dans le monde depuis la fin décembre. Les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna sont les premiers à avoir bénéficié d'une autorisation de mise sur le marché en Europe. Objectif : prémunir les patients du Covid-19 et de ses symptômes les plus graves.

Mais si plusieurs pays européens ont commencé pieds au plancher leur campagne de vaccination, comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, la France est critiquée pour sa lenteur. Un retard à l’allumage lié à une stratégie vaccinale jugée trop prudente et à un manque d’anticipation. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a, depuis le début de l’année, décidé d’accélérer le mouvement en ouvrant la vaccination à un plus large public ou en modifiant le protocole d’injection.

L’autorisation dans les prochaines semaines d’autres vaccins comme AstraZeneca, Sinopharm, Sinovac, actuellement en phase 3, c'est-à-dire à la phase des essais cliniques à grande échelle, doit permettre d’augmenter le nombre de personnes vaccinées. En France, un projet est en cours d'élaboration entre Sanofi et l'institut Pasteur. Mais le temps presse car l’épidémie de Covid-19 a connu un fort regain d’intensité en Europe avec l’arrivée d’un variant du virus beaucoup plus contagieux au Royaume-Uni

Cette accélération de la campagne de vaccination s’accompagne aussi de craintes liées aux effets secondaires potentiels de ces vaccins. Même si de nombreux essais cliniques ont été réalisés, une majorité de personnes refuse pour l’instant de se faire vacciner en France. Face à cette crainte, le gouvernement se refuse d’instaurer un passeport vaccinal, et préfère miser sur la pédagogie.

Une autre question reste en suspens : quelle est la durée de l’immunité consécutive à la vaccination ? Plusieurs études se sont penchées sur la question mais les données sont encore trop récentes pour avoir une vision à long terme. L’OMS estime d’ailleurs qu’il n'y aura pas d'immunité collective en 2021 malgré les "progrès incroyables" réalisés par les scientifiques qui sont parvenus à développer plusieurs vaccins, sûrs et efficaces, contre le Covid-19 en moins d'un an.