Cet article date de plus d'un an.

CALENDRIER. Quand pourrez-vous vous faire vacciner contre le Covid-19 ? Le point après les dernières annonces de l'exécutif

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté le 27 décembre en France. Plusieurs phases sont prévues jusqu'à l'été 2021 pour que toute la population qui le souhaite ait accès au vaccin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Dans un centre de vaccination contre le Covid-19 à Cayenne (Guyane), le 30 mars 2021. (JODY AMIET / AFP)

A chaque période sa population cible. Les stocks de vaccins contre le Covid-19 n'étant pas suffisants pour immuniser en quelques semaines toute la population française, l'exécutif a opté pour une stratégie de vaccination à flux tendu. Amorcée le 27 décembre 2020, celle-ci doit se traduire par une accélération progressive du rythme des injections, par étapes, en fonction de l'âge et des facteurs de risque des personnes.

Malgré les retards enregistrés depuis le lancement de la campagne, le président de la République martèle que l'objectif de vacciner tous les Français majeurs volontaires d'ici à la fin de l'été sera bien respecté. Le cas des mineurs n'a pas encore été officiellement abordé. Près de 16,8 millions de Français avaient reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres publiés par Santé publique France jeudi 6 mai. 

Pouvez-vous déjà vous faire vacciner ? Devez-vous encore attendre ? Si oui,  combien de temps ? Franceinfo vous précise les étapes du calendrier vaccinal, en fonction de chaque public cible. A noter que les personnes qui ont été contaminées par le Sars-CoV-2 doivent attendre un "délai proche de six mois" et ne recevoir qu'une dose de vaccin, sauf pour les personnes immunodéprimées, précise la Direction générale de la santé (PDF), se référant aux directives de la Haute Autorité de santé (HAS).

Une priorisation en fonction de l'âge

Pour les personnes âgées de 75 ans et +, la vaccination a débuté le 18 janvier 2021. (PIERRE-ALBERT JOSSERAND / FRANCEINFO)

Pour les résidents âgés des Ehpad, la campagne de vaccination a débuté le 27 décembre 2020. Considérés comme les personnes les plus à risque de développer une forme grave du Covid-19, elles ont été les premières à recevoir une injection du vaccin.

Pour les personnes de plus de 75 ans résidant à domicile, des centres de vaccination ont ouvert dans tout le pays, le 18 janvier, ce qui a permis de commencer à les vacciner.

Pour tous les adultes souffrant de pathologies à très haut risque de forme grave du Covid-19, la vaccination est possible depuis le 18 janvier, et ce, quel que soit l'âge de la personne adulte (voir le tableau ci-dessous).

Pour les personnes à risque* âgées de 50 à 64 ans, la vaccination est possible depuis le 19 février, avec l'autorisation du vaccin d'AstraZeneca.

Pour les personnes à risque* âgées de 65 à 74 ans, des réserves ont été émises en premier lieu sur l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca. Ces dernières ont dû attendre un avis de la Haute Autorité de santé et la réception de nouvelles doses pour accéder à la vaccination, à partir de la mi-mars. 

Pour toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, une nouvelle étape a été franchie avec l'annonce par Emmanuel Macron, le 23 mars, de l'ouverture de la vaccination à compter du 27 mars. 

Pour tous les Français âgés de 55 ans ou plus, la vaccination a été autorisée à partir du lundi 12 avril, comme l'a annoncé le ministre de la Santé au Journal du dimanche (article payant). Olivier Véran a expliqué que cela serait possible grâce à deux vaccins, celui d'AstraZeneca, délivré sans condition aux personnes de plus de 55 ans, et celui de Janssen (filiale du groupe Johnson & Johnson), qui a commencé à arriver en France à cette date.

Pour les personnes à risque* âgées de 18 à 49 ans, la vaccination est possible depuis le samedi 1er mai, conformément à l'annonce d'Olivier Véran, survenue 24 heures après celle d'Emmanuel Macron concernant l'ouverture de la vaccination à tous les adultes qui souffrent d'obésité.

Pour les personnes mineures âgées de 16 et 17 ans souffrant d'une pathologie à très haut risque, la vaccination est accessible depuis le 6 mai, précise la direction générale de la santé dans une note.

Pour les personnes âgées de 50 à 55 ans sans comorbidité, la vaccination sera ouverte à partir du 10 mai. Elles pourront prendre rendez-vous à partir du 7 mai, a annoncé le président de la République au cours d'une visite dans le centre de vaccination installé au Parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris. 

Pour tous les adultes de 18 ans et plus, la prise de rendez-vous pour se faire vacciner sera possible à partir du 15 juin. Cette promesse, énoncée à la fin mars, a été confirmée vendredi 30 avril par le chef de l'Etat sur Twitter.

Précision : les dates données ci-dessus sont indicatives et peuvent varier en fonction des délais de livraison des doses des différents vaccins sur l'ensemble du territoire.

Des exceptions pour certaines personnes exposées

Les professionnels de santé ont pu être vaccinés à partir du 6 février 2021. (PIERRE-ALBERT JOSSERAND / FRANCEINFO)

Certaines personnes peuvent être davantage exposées que d'autres au virus ou présenter une vulnérabilité plus importante. Des exceptions ont donc été listées par le gouvernement ces derniers mois. 

Pour les résidents des foyers de travailleurs migrants (FTM) âgés de 60 ans et plus, la vaccination est ouverte depuis début février.

Pour les soignants, pompiers et aides-soignants, ceux de plus de 50 ans ont pu accéder à la vaccination dès début janvier. Mais l'ouverture de la vaccination sans limite d'âge à tous ces professionnels n'a été effective que début février.

Pour les femmes enceintes, la vaccination est possible à partir du deuxième semestre de grossesse, qu'elles aient des comorbidités ou non. La Direction générale de la santé a acté ce changement dans une note (PDF), le 3 avril. Par ailleurs, un décret du 4 mars 2021 ouvre la vaccination aux conjoints de femmes enceintes et aux jeunes parents de bébés, "à l'exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique".

Pour les professionnels de plus de 55 ans de certains secteurs exposés, considérés comme essentiels**, la vaccination est ouverte depuis le 17 avril, car ils sont considérés comme prioritaires. Compte tenu de leur classe d'âge, ces personnes avaient déjà accès à la vaccination depuis le 12 avril, mais cette priorisation leur permet de bénéficier de coupe-files dans les vaccinodromes, justifie le ministère de la Santé. La liste de ces professions prioritaires a été élargie le 24 avril.

Pour les personnes de plus de 16 ans vivant avec un proche immunodéprimé, la vaccination a été ouverte le 26 avril. Elles doivent en outre désormais recevoir trois doses de vaccin à ARN messager pour obtenir une couverture vaccinale suffisante, a annoncé la Direction générale de la santé le 11 avril.

Pour les membres des bureaux de vote des élections départementales et régionales, des 20 et 27 juin prochains, la vaccination est également ouverte, précise une circulaire transmise aux maires le 28 avril. Le ministère de l'Intérieur demande toutefois aux élus de solliciter en priorité des personnes vaccinées.

Il n'est pas encore précisé quand la vaccination s'ouvrira aux personnes vulnérables et précaires, aux professionnels les prenant en charge ou encore aux personnes vivant ou travaillant dans un hébergement confiné ou un lieu clos (PDF). Toutes ces personnes sont considérées comme prioritaires dans la dernière phase de la campagne vaccinale. Elles devraient donc recevoir une première dose avant l'ouverture de la vaccination au reste de la population majeure et en bonne santé, annoncée pour la mi-juin par le président de la République. 

Des exceptions en outre-mer

En raison de la lenteur prise par la campagne vaccinale dans les territoires d'outre-mer et de la circulation accrue de variants préoccupants, des dispositions spécifiques ont été prises.

En Guadeloupe, Martinique, Guyane, à Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna, la vaccination est ouverte à toutes les personnes de plus de 18 ans depuis le 30 avril, a annoncé le ministère des Outre-mer.

A Mayotte, cela concerne toutes les personnes de plus de 16 ans, "sans autre critère".

A La Réunion, cela concerne uniquement les plus de 18 ans avec comorbidité. Dans l'île, tous les 50 ans et plus peuvent être vaccinés à partir du 3 mai.

Un accès ouvert à tous les majeurs pour les doses restantes

Pour toutes les personnes majeures, la prise de rendez-vous sera ouverte à partir du mercredi 12 mai, si des doses de vaccin sont disponibles la veille pour le lendemain sur le site Doctolib, a annoncé Emmanuel Macron jeudi 6 mai.

* La vaccination des personnes dites "à risque" concerne des individus présentant une comorbidité (diabète, obésité, cancer, etc.) associée à un risque de forme grave du Covid-19. La liste des comorbidités est détaillée sur le site du ministère de la Santé.

** Les professions listées comme prioritaires comprennent, entre autres, les professeurs, policiers et gendarmes, caissiers, professionnels des pompes funèbres, chauffeurs de taxi et surveillants pénitentiaires. La liste détaillée est disponible sur le site du ministère de la Santé

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.