Covid-19 : quatre choses à savoir sur le vaccin d'AstraZeneca, après son autorisation au Royaume-Uni

Après le vaccin de Pfizer-BioNTech, c'est le deuxième vaccin qui a recueilli le feu vert de l'Agence britannique du médicament.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une seringue dans un flacon de vaccin étiquetté AstraZeneca. (FRANKHOEMANN / SVEN SIMON / SVEN SIMON / AFP)

Feu vert pour le vaccin AstraZeneca au Royaume-Uni. L'Agence britannique du médicament a autorisé, mercredi 30 décembre, le vaccin développé par le groupe britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford. Avec ce nouveau vaccin, les autorités britanniques comptent accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19, lancée début décembre. Efficacité, coût, conservation...Voici quatre choses à savoir sur ce vaccin.

>> Tout savoir sur les six candidats vaccins contre le Covid-19 déjà réservés par la Commission européenne

1Il va être administré au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est le premier pays à autoriser le vaccin d'AstraZeneca, élaboré avec l'université d'Oxford. Et c'est le deuxième vaccin approuvé par le régulateur britannique, après celui de Pfizer-BioNTech, déployé au Royaume-Uni depuis le 8 décembre et déjà administré à plus de 600 000 personnes.

Le Royaume-Uni a commandé 100 millions de doses du vaccin AstraZeneca, dont 40 millions seront disponibles d'ici à la fin mars. Les premières injections de ce vaccin devraient commencer le 4 janvier. AstraZeneca se dit capable de fabriquer quelque trois milliards de doses de son vaccin à travers le monde en 2021.

L'Union européenne a réservé 300 millions de doses du vaccin AstraZeneca, avec une option portant sur 100 millions de doses supplémentaires.

2Il est plus facile à conserver

Le vaccin AstraZeneca a l'avantage d'être peu cher. Comptez environ 2,50 euros la dose. AstraZeneca affirme que son vaccin peut être "conservé, transporté et manipulé dans des conditions réfrigérées classiques (entre 2 et 8 °C) pendant au moins six mois". C'est un atout car il est relativement simple à transporter et à distribuer. A titre de comparaison, le vaccin Pfizer-BioNTech doit être conservé à une température de -70°C.

3Il se sert d'un autre virus

Le vaccin d'AstraZeneca prend comme support un autre virus, un adénovirus de chimpanzé, qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19. Selon les données publiées dans la revue scientifique The Lancet (en anglais), le vaccin d'AstraZeneca "est sûr". Les effets secondaires du virus sont extrêmement rares à ce stade.

Sur les quelque 20 000 volontaires qui ont participé aux essais cliniques, seul un patient à qui ce vaccin a été administré a connu un "effet indésirable grave susceptible d'être lié" à cette injection, selon les données publiées dans The Lancet. Il s'agissait d'un cas de myélite transverse, une atteinte neurologique rare, qui avait motivé l'interruption temporaire de l'essai début septembre.

4 Il a obtenu de moins bons résultats

Le laboratoire britannique avait annoncé en novembre que son vaccin était en moyenne efficace à 70%, contre plus de 90% pour ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna. Mais derrière ce résultat se cachaient de grands écarts entre deux protocoles différents. Selon les résultats préliminaires (en anglais), l'efficacité du candidat vaccin a atteint 90% pour les participants ayant reçu une demi-dose puis une dose complète, à un mois d'intervalle, contre 62% pour les participants ayant reçu deux doses entières.

L'injection d'une demi-dose dans l'un des groupes était en fait due à une erreur, ce qui avait suscité critiques et inquiétudes, poussant l'entreprise à annoncer le 26 novembre la tenue d'une "étude supplémentaire" pour vérifier ces résultats. La version approuvée par le régulateur britannique prévoit l'injection de deux doses complètes. "Nous pensons que nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres", a assuré dimanche 27 décembre le directeur général Pascal Soriot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.