Cet article date de plus d'un an.

De l'efficacité du vaccin contre le Covid long : état de la recherche

Une équipe de l'Hôtel-Dieu vient de publier une enquête selon laquelle une injection de vaccin diminue les symptômes du Covid long. Le nombre de patients en rémission est doublé par rapport aux non vaccinés, et globalement, la qualité de vie sociale, professionnelle et familiale est améliorée au bout de 120 jours.
Article rédigé par franceinfo - Géraldine Zamansky
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Covid long : les chercheurs avancent sur la réduction des symptômes et l'amélioration de la qualité de vie sociale, professionnelle et familiale d'un certain pourcentage de patients. Mais d'autres découvertes permettraient d'aider les patients dont les symptômes restent persistants. (Illustration) (FANATIC STUDIO / GARY WATERS / COLLECTION MIX: SUBJECTS RF / GETTY IMAGES)

Le Covid long est si complexe qu’il est difficile de savoir combien de personnes sont touchées en France. Sans doute des millions, qui comptent sur les progrès de la recherche. Géraldine Zamansky, journaliste au Magazine de la Santé sur France 5 revient aujourd'hui sur une étude française consacrée aux personnes atteintes par un Covid long.

franceinfo : Une étude française vient de montrer que la vaccination peut réduire les symptômes du Covid long ?

Géraldine Zamansky : Tout à fait. Cette étude a été réalisée grâce à 910 personnes touchées par ce Covid long. Elles ont participé par Internet au projet ComPaRe qui signifie, communauté de patients pour la recherche. Fatigue, essoufflement anormal, douleurs, perte de l’odorat, en octobre 2020, elles avaient au moins un des très nombreux troubles qui peuvent persister après l’infection par le Sarscov2.

Le Dr Viet-Thi Tran, épidémiologiste et co-investigateur de ComPaRe m’a expliqué qu’au moment où le vaccin est devenu disponible, début 2021, la moitié du groupe l’a rapidement choisi. L’autre non. Ce décalage a permis de comparer l’effet d’une injection de vaccin sur le Covid long, au bout de 120 jours. Et le premier résultat raconte bien la complexité de ce syndrome : en moyenne, les patients vaccinés passaient de 15 à 13 symptômes. Avec, quand même, une amélioration de leur qualité de vie sociale, professionnelle et familiale.

Et certains ont même bénéficié d’un changement bien plus spectaculaire ?

Effectivement, une disparition complète des symptômes a été obtenue chez deux fois plus de patients, du côté des vaccinés. Mais attention, a tout de suite précisé le Dr Tran, cela représente seulement 17% du groupe. Et surtout, chez d’autres participants, la vaccination ne change rien, ou pire, aggrave leur état.  Pour lui, c’est une illustration de la diversité des maladies, rassemblées sous l’étiquette "Covid long".

Alors le Dr Tran pense qu’il pourrait être intéressant de se focaliser sur les patients guéris, pour faire des analyses sanguines, par exemple. Cela permettrait peut-être de décrypter leur "forme" de Covid long. Et de mieux identifier à qui proposer le vaccin.

Son efficacité pourrait "valider" l’hypothèse du virus resté "caché" dans l’organisme. Il serait alors éliminé par le renfort immunitaire vaccinal. Mais pour les patients plutôt victimes de dérèglements, voire de dégâts, créés par le passage du virus, il faut d’autres solutions.

L’équipe du Dr Tran a continué à suivre ces patients, après cette étude sur le vaccin ?

L'équipe s'apprête à publier les résultats de presque deux ans de suivi, de plus de 2000 patients. Et là aussi, des petits groupes se distinguent. Avec au pire, les 4% qui gardent des symptômes très persistants, et, à l’inverse, les 5% dont les problèmes ont vite disparu. Pour tous les autres, l’amélioration est réelle mais lente. Il faut d’autres découvertes pour les aider.  

>>> A lire

L’étude      

ComPaRe     

Association de patients Après J20       

Haute Autorité de Santé : Symptômes prolongés suite à une Covid-19 de l'adulte. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.