La cote de popularité de Copé continue de chuter

Soupçonné d'avoir favorisé des proches dans l'utilisation des fonds de son parti, il perd du terrain y compris parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012.

Jean-Francois Copé, le 5 juin 2013 à Londres (Royaume-Uni).
Jean-Francois Copé, le 5 juin 2013 à Londres (Royaume-Uni). (LEON NEAL / AFP)

Sa stratégie pour détourner l'attention de l'affaire Copé n'a pas porté ses fruits. La cote de popularité du président de l'UMP continue de baisser. Selon le baromètre Clai-Metronews-LCI, réalisé par l'institut OpinionWay et publié dimanche 9 mars, Jean-François Copé a perdu 3 points par rapport au baromètre réalisé en février et ne recueille plus que 23% de satisfaits, contre 73% de mécontents.

Soupçonné d'avoir favorisé des proches dans l'utilisation des fonds de son parti, il perd du terrain y compris parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012 (42% de satisfaits). Au total, il perd 8 points auprès de cette cible. Le président de l'UMP arrive loin derrière les autres ténors de l'opposition, dont Alain Juppé (47% de satisfaits), Jean-Louis Borloo (44%), François Fillon (39%) et François Bayrou (38%).

L'exécutif stabilisé

Quant à la cote de satisfaction de François Hollande, elle reste peu élevée (25%), même si elle progresse de 2 points sur un mois. 48% des électeurs ayant voté pour lui en 2012 sont satisfaits, poursuit le baromètre. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault rassemble lui 26% de satisfaits (stable), contre 72% de mécontents (+2 points sur un mois).

Parmi les ministres, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, arrive en tête avec 54% de satisfaits (+5), devant la ministre de la Culture Aurélie Filippetti (52%, +7) et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères (50%, +2). Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, en baisse depuis plusieurs semaines, regagne 4 points (49% de satisfaits, 49% de mécontents), mais reste devancé par son collègue de la Défense, Jean-Yves Le Drian (49% de satisfaits, 42% de mécontents).

 

Sondage réalisé par téléphone du 3 au 6 mars selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 1 005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.