Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme, sous bracelet électronique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme, sous bracelet électronique
FRANCE 3
Article rédigé par
E. Pelletier, N. Perez, E. Rassat, M. Felix, N. Karczinski - France 3
France Télévisions

Nicolas Sarkozy a été condamné à un an de prison ferme, jeudi 30 septembre. Le tribunal a précisé que cette peine sera aménagée. L'ex-chef de l'État a été reconnu coupable de financement illégal de sa campagne de 2012, dans l'affaire Bygmalion. 

Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable, jeudi 30 septembre, et condamné à un an de prison ferme, sous bracelet électronique pour financement illégal de campagne électorale. Cette peine est plus lourde que les réquisitions du parquet. Me Thierry Herzog, l'avocat de l'ancien chef de l'État, s'est présenté seul, jeudi matin, au tribunal correctionnel de Paris. Il a annoncé faire appel de la décision.

Des frais de campagne qui se sont envolés 

"Je rappelle que la peine prononcée est le maximum de la peine encourue alors même que jamais une juridiction ne peut envisager une sanction maximum lorsque le prévenu, ce qui est son cas aujourd'hui, n'a jamais été condamné", a déclaré Me Thierry Herzog. Les 13 autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de deux à trois ans et demi de prison, dont une partie de sursis. Jérôme Lavrilleux, à l'époque directeur adjoint de sa campagne, avait reconnu les faits. 

En 2012, les frais de campagne de Nicolas Sarkozy, alors candidat de la droite, s'étaient envolés, jusqu'à 42,8 millions d'euros, soit près du double du plafond autorisé par la loi. Les dépassements avaient été facturés à l'UMP par la société d'événementiel Bygmalion avec, parfois, des prestations fictives. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.