Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy entendu

L'ancien président a été convoqué ce 16 février par le pôle financier de Paris, pour donner sa version sur les fraudes qui entourent sa candidature à la présidentielle de 2012.

FRANCE 3

L'ancien chef d'État est entendu depuis ce matin par le pôle financier de Paris dans l'affaire Bygmalion, sur le financement de ses comptes de campagne. Sur place, Hugues Huet détaille les issues possibles pour Nicolas Sarkozy. "La plus favorable : aucune charge ne pèse contre lui. Seconde hypothèse : un statut intermédiaire, celui de témoin assisté. C'est sous ce statut qu'a été placé Jean-François Copé la semaine dernière."

Une possible mise en examen

Mais Nicolas Sarkozy risque une sanction beaucoup plus lourde : la mise en examen. "Elle n'est pas à écarter, et cela viendrait contrarier ses ambitions pour 2017", complète le journaliste. La société Bygmalion avait produit des fausses factures pour masquer l'explosion des dépenses de campagne du président sortant en 2012. L'UMP avait endossé une somme de 18 millions d'euros, ce qui est illégal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy lors du conseil national des Républicains le 13 février 2016 à Paris. 
Nicolas Sarkozy lors du conseil national des Républicains le 13 février 2016 à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)