Manuel Valls

Résumé de la rubrique

Maire puis député de banlieue parisienne, ministre de l'Intérieur puis Premier ministre, député français puis conseiller municipal espagnol, figure du Parti socialiste... Et bientôt chroniqueur à la télévision. A presque 60 ans, Manuel Valls entame une nouvelle carrière, toujours placée sous le signe de la politique.

Fils d'un Catalan espagnol, l'artiste-peintre Xavier Valls, et d'une Suisse italophone, Luisa Galfetti, Manuel Valls est né en 1962 à Barcelone. Mais il grandit à Paris dans le Marais et a été naturalisé français à 20 ans.

Son parcours professionnel se résume à la politique. Une simple licence d'histoire en poche, il devient le plus jeune conseiller de Michel Rocard et découvre une première fois Matignon, en 1988. Après un passage au conseil régional d'Ile-de-France et un parachutage raté à Argenteuil aux législatives de 1997, il retrouve Matignon sous Lionel Jospin dont il gère la communication.

Soucieux de trouver une terre d'élection, il met le cap sur Evry, dans l'Essonne, ville populaire en grande banlieue parisienne, dont il devient maire, puis député. Après l'échec de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002, il devient l'enfant terrible du PS, dont il incarne l'aile droite, critique des 35 heures et partisan d'une ligne dure sur la sécurité ou la laïcité.

En 2012, il se présente à la primaire socialiste pour la présidentielle de 2012, avec au bout du parcours un petit 5,63%. Il se rallie alors à François Hollande et devient son incontournable directeur de communication de campagne. Nommé à l'Intérieur après la victoire de 2012, il y renforcer son image d'homme d'ordre. La débâcle du PS aux municipales de mars 2014, lui ouvre les portes de Matignon et il succède à Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre.

Fin 2016, François Hollande ne souhaitant pas se représenter, Manuel Valls saisit sa chance, démissionne de Matignon et se lance dans la course à la présidentielle. Il participe à la primaire de la gauche, mais, battu, préfère apporter son soutien à Emmanuel Macron, plutôt qu'à Benoît Hamon, le candidat désigné par son camp.

Manuel Valls entame alors une succession de virages à 180 degrés. Difficilement réélu député en 2017, il rejoint les rangs des élus de la majorité présidentielle, officialisant son divorce avec le PS, dont il était adhérent depuis l'adolescence. Il démissionne en 2018 et annonce son retrait de la vie politique française pour se lancer dans une nouvelle aventure en Espagne. Il ambitionne d'être élu maire de Barcelone en 2019. Il n'en sera que conseiller municipal. De son exil espagnol, il continue cependant de commenter la vie politique française, entretenant le suspense sur un éventuel retour, qu'il confirme en mai, en annonçant qu'il démissionne à nouveau de ses fonctions. Il se fera en septembre à la télévision, où il interviendra comme chroniqueur.