Fusillade d'El Paso

A El Paso au Texas, tout près de la frontière mexicaine, un homme seul armé d'un fusil d'assaut a ouvert le feu, samedi 3 août, dans les rayons et sur le parking d'un hypermarché Walmart prisé de la communauté hispanique, tuant 20 personnes et faisant 26 blessés. Sept des vingt personnes tuées à El Paso sont des Mexicains. 

Le tireur s'est rendu et a été placé en garde à vue. C'est un homme blanc de 21 ans originaire d'Allen, près de Dallas, à neuf heures de voiture du lieu du crime. Selon certains médias, il s'appelle Patrick Crusius. L'homme a été inculpé pour meurtres, a annoncé la police. Les autorités déclaré qu'elles allaient requérir la peine de mort à son encontre.

La police soupçonne un motif raciste et traite l'affaire comme un cas de "terrorisme intérieur". Elle enquête sur un manifeste attribué au tireur et dénonçant notamment "une invasion hispanique du Texas".

Après cet événement tragique, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates de favorier la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol. 
Le président américain a de son côté accusé les médias de "grandement" contribuer, en propageant des "fake news", à "la colère et la rage" aux Etats-Unis. 

Dans le même temps, le locataire de la Maison Blanche a appelé, pour la première fois,  les parlementaires républicains et démocrates à adopter une loi durcissant les vérifications des antécédents des acquéreurs d'armes à feu.

Samedi, treize heures après la fusillade d'El Paso, un homme blanc de 24 ans a abattu, à Dayton (Ohio), neuf personnes et fait 27 blessés, dont sa propre soeur, avant d'être tué par des policiers moins d'une minute après avoir ouvert le feu.

12