Etats-Unis : les hypermarchés Walmart cessent de vendre certaines munitions

Cette décision, qui relance le débat sur les armes, intervient un mois après une fusillade dans un supermarché Walmart à El Paso, au Texas. Elle avait coûté la vie à 22 personnes. 

Un magasin Walmart à San Leandro, en Californie (Etats-Unis), le 3 septembre 2019. 
Un magasin Walmart à San Leandro, en Californie (Etats-Unis), le 3 septembre 2019.  (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

C'est une décision qui ne plaît pas à la NRA, le puissant lobby pro-armes aux Etats-Unis, qui déplore que Walmart "succombe à la pression des élites anti-armes". Le géant de la grande distribution a annoncé, mardi 3 septembre, mettre fin à la vente de munitions pour armes semi-automatiques. 

Dans un communiqué, le patron du groupe, Doug McMillon, a qualifié "d'inacceptable" le statu quo sur l'encadrement des armes à feu et demandé au Congrès et à la Maison Blanche de prendre des mesures de "bon sens", notamment en renforçant la vérification des antécédents des acheteurs d'armes.

Cette décision intervient un mois après une fusillade dans un supermarché Walmart à El Paso, au Texas, qui avait coûté la vie à 22 personnes. Une autre fusillade a eu lieu samedi dernier dans cet Etat du sud du pays, dans la ville d'Odessa, avec un bilan de sept morts.

La NRA monte au créneau 

Le numéro un mondial de la grande distribution arrêtera de vendre des munitions pour les fusils d'assaut semi-automatiques utilisant des munitions de calibre 5,56 (ou son équivalent .223), une fois que les stocks actuels seront écoulés. Ces armes de type AR-15 sont extrêmement répandues aux Etats-Unis et également utilisées par beaucoup de chasseurs, qui sont nombreux à s'équiper dans les magasins Walmart, réputés pour leurs prix bas et connus pour être des lieux de socialisation pour une partie de l'Amérique rurale.

"Les files d'attente à Walmart seront bientôt remplacées par des files d'attente dans d'autres magasins, qui soutiennent plus activement les libertés fondamentales américaines", a tweeté la NRA (National Rifle Association, qui défend le port d'armes), critiquant cette décision. 

Plusieurs candidats démocrates à la présidentielle de 2020 ont en revanche apporté leur soutien aux nouvelles mesures, tout en appelant à aller plus loin.