Tueries de masse : le ras-le-bol des jeunes Américains de Columbine

dans le même État américain, un tireur avait abattu 22 personnes. Désespérés de voir ces tueries de masse se répéter, des jeunes ont lancé un mouvement sur les réseaux sociaux.

FRANCEINFO

Un coup de colère et une revendication frappante. Sur leur pièce d'identité, des lycéens ont apposé la mention suivante : "si je meurs dans une fusillade, merci de rendre publique la photo de mon cadavre". Sur les réseaux sociaux, ils demandent aux lycéens de faire de même et que leurs corps mutilés par les balles d'un tueur soient vus par le plus grand nombre. "Parfois il faut montrer le pire de l'Homme pour que surgisse le meilleur", déclare une adolescente dans un clip vidéo.

Pour éveiller les consciences

Ces adolescents en ont assez de pleurer la mort de leurs camarades sans que rien ne change. Ils veulent des images qui bouleversent les consciences. L’Amérique ne montre jamais les corps mutilés, à l'exception d'un magazine qui a publié une fois une série de clichés sur les blessures des survivants de fusillades. Les jeunes auteurs de cette campagne sont originaires de Columbine (Colorado), où a eu lieu l'une des premières fusillades de masse dans une école avec 13 morts. Cette génération est prête à déranger les adultes pour qu'ils durcissent l'accès aux armes aux États-Unis.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des jeunes Américains luttent contre les armes en vente libre
Des jeunes Américains luttent contre les armes en vente libre (FRANCEINFO)