Mort de Qassem Soleimani

Un raid américain a provoqué la mort du général iranien Qassem Soleimani, vendredi 3 janvier 2020, à l'aéroport international de Bagdad (Irak). 

Le Pentagone a reconnu dans un communiqué avoir mené cette action sur ordre du président Donald Trump. Washington a affirmé quelques heures plus tard que le responsable iranien préparait une "action d'envergure" menaçant des "centaines de vies américaines". Nous savons que c'était imminent", a indiqué Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, précisant que la décision américaine avait été prise "sur la base des évaluations" des services de renseignement.

Chef de la force Qods des Gardiens de la Révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique, le puissant général Soleimani a renforcé le poids diplomatique de Téhéran dans la région, notamment en Irak et en Syrie, deux pays où les Etats-Unis sont engagés militairement.

Dans le même raid, un autre dignitaire iranien a perdu la vie. Il s'agit d'Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l'Etat irakien. 

Cette attaque ouvre une période d'incertitude pour les Etats-Unis et leurs alliés dans la région, l'Iran ayant promis de se venger "au bon moment et au bon endroit". 

1234