La Chambre des représentants va voter jeudi pour empêcher Donald Trump de faire la guerre à l'Iran

"Pour honorer notre devoir d'assurer la sécurité du peuple américain", la Chambre va  se prononcer sur une résolution "visant à limiter les actes militaires du président à l'égard de l'Iran", a déclaré Nancy Pelosi.

La présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à Washington, le 18 décembre 2019.  
La présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à Washington, le 18 décembre 2019.   (SAUL LOEB / AFP)

La Chambre des représentants américaine, dominée par les démocrates, va se prononcer jeudi 9 janvier sur un texte visant à empêcher Donald Trump de faire la guerre à l'Iran, a annoncé mercredi la cheffe des démocrates, Nancy Pelosi.

"Nos inquiétudes n'ont pas été levées" malgré les informations confidentielles partagées mercredi à huis clos par de hauts responsables de l'administration Trump avec les élus, a déclaré Nancy Pelosi, qui préside la chambre basse. 

"Pour honorer notre devoir d'assurer la sécurité du peuple américain", la Chambre va ainsi se prononcer jeudi sur une résolution "visant à limiter les actes militaires du président à l'égard de l'Iran", a-t-elle ajouté. Ce texte est passé en commission dès mercredi soir. Il a en revanche moins de chances de passer le cap du Sénat, contrôlé par le camp républicain acquis à la Maison Blanche.

"Aucune stratégie cohérente" 

Nancy Pelosi a une nouvelle fois reproché à Donald Trump d'avoir fait tuer la semaine dernière le puissant général iranien Qassem Soleimani à Bagdad. Elle a estimé qu'il s'agissait d'une "frappe militaire disproportionnée et provocatrice" décidée "sans consulter le Congrès".

"Cet acte a mis en danger nos militaires, diplomates et concitoyens en créant le risque d'une grave escalade des tensions avec l'Iran", alors même que le président Trump "a démontré qu'il n'avait aucune stratégie cohérente", a-t-elle déploré.

Plusieurs membres de l'opposition démocrate s'interrogent sur la légalité de la frappe pour éliminer Soleimani, et sur la réalité d'attaques "imminentes" que le général iranien préparait, selon l'administration américaine, contre les intérêts américains.