Irak : 11 soldats américains ont été blessés dans l'attaque iranienne du 8 janvier, contrairement à ce qu'affirmait Trump

"Aucun Américain n'a été blessé dans les attaques de la nuit dernière", avait déclaré le locataire de la Maison Blanche après l'attaque. 

Donald Trump, le 16 janvier 2020, à Washington DC. 
Donald Trump, le 16 janvier 2020, à Washington DC.  (NICHOLAS KAMM / AFP)

Un affrontement militaire, mais aussi communicationnel. Onze soldats américains ont été blessés dans l'attaque menée par l'Iran contre des positions militaires américaines en Irak, le 8 janvier, en représailles à l'assassinat de Qassem Soleimani. Ce bilan, annoncé jeudi 16 janvier par Bill Urban, le commandant central de l'armée américaine, contredit Donald Trump. Au lendemain de ces frappes menées par Téhéran, il avait affirmé qu'"aucun Américain n'[avait] été blessé dans les attaques". 

"Bien qu'aucun membre des forces armées américaines n'ait été tué lors de l'attaque (…), plusieurs d'entre eux ont été traités pour des symptômes de commotion dus à l'explosion et sont toujours en cours d'évaluation", a--t-il précisé.

"Dans les jours qui ont suivi l'attaque, par mesure de précaution, certains membres du personnel ont été transportés de la base aérienne d'Aïn al-Assad, en Irak, au Centre médical régional de Landstuhl, en Allemagne, d'autres ont été envoyés au camp d'Arifjan, au Koweït, pour y subir un examen de suivi", a ajouté le porte-parole.