DIRECT. Donald Trump assure que les missiles iraniens n'ont fait aucune victime américaine, et se félicite que "l'Iran semble reculer"

L'Iran a assuré que les missiles qui ont frappé deux bases abritant des soldats américains en Irak, dans la nuit de mardi à mercredi, seraient sa seule riposte à la frappe américaine qui a tué le général Qassem Soleimani.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Téhéran, qui avait promis des représailles après l'assassinat du général Qassem Soleimani, s'est exécuté dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 janvier, en tirant 22 missiles sur deux bases irakiennes abritant des soldats américains. Mais "aucun Américain n'a été blessé" par ces attaques, a assuré Donald Trump mercredi, notant que "l'Iran semble reculer, ce qui est une excellente chose". Il a annoncé de nouvelles sanctions économiques immédiates contre la République islamique, mais a conclu sont intervention sur une note d'apaisement : "Nous voulons la paix".

 L'Iran aussi se félicite. "Il a été clairement prouvé que nous ne battons pas en retraite devant l'Amérique", s'était réjoui le président iranien Hassan Rohani un peu plus tôt. Si l'Amérique "veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu'elle recevra une réponse plus ferme" encore, a-t-il poursuivi en conseil des ministres, "mais s'ils sont sages, ils ne feront rien de plus à ce stade".

L'Irak ne veut pas devenir un "champ de bataille". Le président du pays, Barham Saleh, a "dénoncé" les tirs qui se sont déroulés sur son sol, disant refuser "que l'Irak ne soit transformé en champ de bataille pour des parties en conflit". La mission de l'ONU dans ce pays (l'Unami) est allée dans le même sens, estimant que "l'Irak ne doit pas payer le prix de rivalités extérieures".

Des raids revendiqués par Téhéran. Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, a affirmé que son pays avait mené et "terminé" dans la nuit des représailles "proportionnées". "Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre", a-t-il insisté. Ces tirs de missiles font cependant redouter une escalade régionale ou un conflit ouvert, même si les dirigeants américains et iraniens ont rapidement semblé vouloir calmer le jeu.

L'Iran parle de victimes, des sources diplomatiques américaines démentent. Les tirs menés par l'Iran contre des bases américaines en Irak auraient fait 80 morts, affirme la télévision publique iranienne. Mais selon les informations du correspondant de France Télévisions à Washington, cette annonce a été immédiatement démentie. L'armée irakienne a affirmé qu'aucun soldat irakien n'avait été touché. L'état-major des armées françaises, qui comptent 200 soldats en Irak, aussi assuré à franceinfo qu'"aucun militaire français n'a été touché".

Une déclaration de Donald Trump attendue. Dans un tweet au ton particulièrement léger, le président américain, Donald Trump, a indiqué qu'il ferait une déclaration mercredi matin et laissé entendre que le bilan n'était pas très lourd. "L'évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu'ici, tout va bien !", a-t-il lancé. La Maison Blanche a confirmé qu'il s'exprimerait à 17h, heure française.

 Air France suspend "tout survol des espaces aériens iranien et irakien". "Par mesure de précaution et dès l'annonce de frappes aériennes en cours, Air France a décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre tout survol des espaces aériens iranien et irakien", a indiqué un porte-parole de la compagnie aérienne, contacté par l'AFP. En Allemagne, Lufthansa a de son côté annoncé avoir annulé son vol quotidien à destination de Téhéran. L'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a interdit, dès mardi soir, aux avions civils américains le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe, dans la foulée des attaques.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #IRAN

23h36 : "Avec les frappes que nous avons menées contre les Brigades du Hezbollah fin décembre et ensuite notre opération contre Soleimani, je pense que nous avons rétabli un certain niveau de dissuasion avec eux."

Face à l'Iran, le chef du Pentagone, Mark Esper, maintient la stratégie de Washington. De là à prédire une désescalade ? "Mais nous verrons. L'avenir le dira", a-t-il déclaré à la presse ce soir.

20h25 : Voici les principales informations de ce début de soirée :

"Aucun soldat américain n'a été tué hier dans l'attaque du régime [iranien]", a assuré Donald Trump dans une allocution télévisée. Il dit souhaiter un nouvel accord sur le nucléaire iranien et la paix "avec tous ceux qui le souhaitent".

"Je pourrais me présenter à un procès, n'importe où, du moment qu'il est équitable", a affirmé Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse donné depuis Beyrouth au Liban où il s'est enfui. L'ex-président de Renault-Nissan a également affirmé, documents à l'appui, que les accusations portées contre lui étaient "fausses".


La RATP prévoit un trafic "très perturbé" pour demain, en baisse par rapport aux jours précédents. Toutes les lignes resteront néanmoins ouvertes aux heures de pointe. La SNCF annonce pour sa part 3 TGV sur 5, 4 TER sur 10, 1 Transilien sur 3 et 2 Intercités sur 10 pour demain. Valérie Pécresse a par ailleurs annoncé les abonnés seront remboursés d'un mois de carte Navigo.

• Le prince Harry et la duchesse du Sussex, Meghan Markle, renoncent à leur rôle de premier plan dans la famille royale britannique et entendent devenir "financièrement indépendants".

18h10 : Il est 18 heures et voici les principales informations de cette après-midi bien remplie :

"Aucun soldat américain n'a été tué hier dans l'attaque du régime [iranien]", a assuré Donald Trump dans une allocution télévisée. Il dit souhaiter un nouvel accord sur le nucléaire iranien et la paix "avec tous ceux qui le souhaitent".

"Je pourrais me présenter à un procès, n'importe où, du moment qu'il est équitable", a affirmé Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse donné depuis Beyrouth au Liban où il s'est enfui. L'ex-président de Renault-Nissan a également affirmé, documents à l'appui, que les accusations portées contre lui étaient "fausses".


La RATP prévoit un trafic "très perturbé" pour demain, en baisse par rapport aux jours précédents. Toutes les lignes resteront néanmoins ouvertes aux heures de pointe. La SNCF annonce pour sa part 3 TGV sur 5, 4 TER sur 10, 1 Transilien sur 3 et 2 Intercités sur 10 pour demain.

L'ancien président Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption du 5 au 22 octobre, dans l'affaire dite des "écoutes", annonce le tribunal correctionnel de Paris.

17h51 : Si vous l'avez manquée, voici l'intégralité de la conférence de presse de Donald Trump, pendant laquelle il a assuré que les missiles iraniens n'avaient fait aucune victime américaine :

18h26 : Washington appelle à la "pleine coopération" avec l'enquête sur l'accident d'un avion ukrainien en .

17h49 : Thierry Coville, chercheur à l'Institut des Relations internationales et stratégiques et spécialiste de l'Iran, répondra à toutes vos questions sur la situation entre l'Iran et les Etats-Unis, vendredi matin. Vous pouvez d'ores et déjà les poser ici avec le hashtag , nous les mettrons de côté !

17h45 : La chaîneCNN a rendu publiques des images satellites montrant les dégâts causés par la frappe iranienne sur des baraquements américains dans une base militaire irakienne.

17h43 : Donald Trump vient de terminer son allocution par une note d'apaisement, affirmant que "les Etats-Unis se [tenaient] prêts à vivre en paix avec ceux qui le souhaitent".

17h44 : Donald Trump va demander à l'Otan de s'impliquer "beaucoup plus" au Moyen-Orient, a-t-il déclaré. Il appelle par ailleurs les Européens à quitter l'accord sur le nucléaire iranien.

17h36 : "Le monde civilisé doit envoyer un message fort et unifié en disant : 'votre campagne d'atrocités et de meurtres ne sera plus tolérée dorénavant'", a martelé Donald Trump.

17h35 : Donald Trump annonce de nouvelles sanctions immédiates contre l'Iran.

17h34 : Donald Trump affirme que l'Iran "semble reculer" et s'en félicite.

17h36 : Donald Trump justifie la frappe qui a tué Qasem Soleimani, lui imputant la préparation de plusieurs attaques contre les citoyens et soldats américains dans la région. "Il planifiait de nouvelles attaques. Les mains de Soleimani étaient couvertes de sang américain et iranien et il aurait dû être éliminé il y a très longtemps", a-t-il estimé.

17h30 : "Nous ne permettrons jamais que l'Iran [ait l'arme atomique]", a réitiré Donald Trump ce soir.

17h31 : "Le peuple américain peut être absolument heureux et fier : aucun soldat américain n'a été tué hier dans l'attaque du régime [iranien], tous nos soldats sont sains et saufs et sont en sécurité et des dégâts très minimes ont été infligés à nos installations militaires", a assuré Donald Trump dès le début de sa conférence de presse.

17h28 : La conférence de presse de Donald Trump commence.

17h11 : Si l'Amérique "veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu'elle recevra une réponse plus ferme" encore, a pour sa part prévenu le président Hassan Rohani en conseil de ministres.

17h07 : "Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons", a néanmoins tempéré Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie. Il a affirmé que les représailles "proportionnées" de la nuit étaient "terminées".

17h05 : Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a salué une "gifle à la face" des Etats-Unis, prévenant toutefois que ce n'était "pas suffisant". Il faut, a-t-il dit, que "la présence corrompue des Etats-Unis dans la région prenne fin".

17h03 : Hier soir, en une demi-heure, 22 missiles sol-sol se sont abattus sur les bases de Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord), où sont stationnés certains des 5 200 soldats américains déployés en Irak. Le monde attend désormais la réponse du président américain Donald Trump.

16h56 : Une déclaration télévisée du président américain Donald Trump est attendue à 17 heures. Vous pourrez la suivre dans notre direct sur la montée des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis.

16h16 : Bonjour @Quelqu'un ! Vous pourrez suivre l'allocution de Donald Trump en vidéo dans notre direct, je publierai le lien peu avant la prise de parole du président américain.

16h16 : Bonjour franceinfo, l’allocution de Donald Trump sera-t-elle diffusée sur France Télévisions ?

15h29 : Bonjour , la Maison Blanche indique à l'instant que le président Donald Trump donnera son allocution présidentielle sur l'Iran à 11 heures à Washington, soit 17 heures en France cet après-midi.

15h28 : #Iran Bonjour FI, a quelle heure Donald Trump doit-il s'exprimer ?

14h05 : "Nous condamnons la violation iranienne de la souveraineté irakienne aujourd'hui à l'aube, nous confirmons notre refus absolu que les parties en conflit utilisent l'arène irakienne pour régler leurs comptes."

14h06 : Le chef du Parlement irakien a dénoncé aujourd'hui "une violation iranienne de la souveraineté irakienne", après le tir par Téhéran de vingt-deux missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains en représailles à l'assassinat par Washington de son général Qassem Soleimani.

13h59 : On rembobine cette matinée d'actualité :

• L'Iran a tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak en représailles à l'assassinat par Washington du général Qassem Soleimani. Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei a qualifié l'opération de "gifle au visage" des Etats-Unis. Suivez notre direct.

• Un avion de ligne ukrainien transportant 176 personnes, principalement des Iraniens et des Canadiens, s'est écrasé en Iran peu après son décollage de Téhéran, tuant tous ceux qui se trouvaient à bord, ont annoncé les autorités iraniennes et ukrainiennes. Voici ce que l'on sait de ce crash.

• Un policier a été mis en examen pour "violences volontaires avec arme ayant entraîné une interruption de travail (ITT) de plus de huit jours, par dépositaire de l'autorité publique", lundi 6 janvier 2019, à Bordeaux, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte après la grave blessure à la tête subie par Olivier Béziade.

Rejetée par tous les syndicats, la création d'un "âge pivot" pour financer la réforme des retraites figure "pour l'instant" dans le projet de loi que le gouvernement doit présenter le 24 janvier, a indiqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

• Carlos Ghosn donnera cet après-midi à Beyrouth une conférence de presse. Une première apparition publique où il pourrait éclaircir les circonstances de sa fuite du Japon, où il est accusé de malversations financières.

13h57 : "La France condamne les attaques conduites cette nuit par l'Iran en Irak contre des emprises de la coalition contre Daech (...) La priorité va plus que jamais à la désescalade. Le cycle de violences doit s'interrompre".




(Philippe LOPEZ / AFP)

13h56 : "Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d'Iran indiquant que la riposte à l'assassinat du martyr Qassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l'armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations", a indiqué le bureau du Premier ministre irakien démissionnaire, Adel Abdel Mahdi.

13h56 : Bonjour L'Irak a annoncé avoir été informé par l'Iran qu'il allait mener des raids sur son sol, affirmant que quasi simultanément, les Américains appelaient pour signaler qu'ils étaient attaqués alors que Téhéran tirait vingt-deux missiles sur des bases irakiennes utilisées par l'armée américaine. Nous ignorons pour le moment s'il y a des victimes, la télévision publique iranienne en a évoqué, mais Washington dément.

11h37 : Bonjour Franceinfo, concernant le tir de missiles iraniens sur des bases en Irak où sont stationnés des soldats américains, est-ok confirmé que les autorités iraniennes ont averti celles d’Irak de l’imminence de leur attaque, ce qui aurait permis aux militaires présents sur ces bases de les évacuer à temps, ce qui explique qu’il n’y aurait eu aucune victime selon les premières informations ?

11h02 : Un des chefs du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés à l'Etat irakien, menace les Etats-Unis d'une "riposte" qui "ne sera pas moins importante que la réponse iranienne", après les tirs de Téhéran sur des bases abritant des soldats américains en Irak.

13h49 : Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a prévenu l'Iran qu'Israël répondrait de manière "retentissante" en cas d'attaque contre l'Etat hébreu.

(RONEN ZVULUN / AFP)

13h49 : Voici un récapitulatif des principaux événements liés aux tirs de missiles en Irak :

• L'Iran a tiré des missiles sur les bases d'Erbil et d'Al-Assad abritant des soldats américains en Irak, une riposte à l'assassinat par Washington de son puissant général, Qassem Soleimani.

• Nous ignorons pour le moment s'il y a des victimes. L'armée irakienne a affirmé qu'il n'y avait aucune victime dans ses rangs.

• Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a affirmé que son pays avait mené des représailles "proportionnées".

• L'ayatollah Ali Khamenei a affirmé que les tirs nocturnes de missiles sont "une gifle au visage" des Etats-Unis.

• "Tout va bien !" Dans un tweet au ton particulièrement léger, Donald Trump a indiqué qu'il ferait une déclaration mercredi matin (dans l'après-midi en France) et laissé entendre que le bilan n'était pas très lourd.

10h08 : Les Bourses asiatiques chutent après l'escalade des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis. La Bourse de Londres a aussi ouvert en repli, les investisseurs délaissant les actions, considérées comme un actif risqué, pour se replier sur les valeurs refuge comme l'or ou sur le pétrole.

13h45 : Bonsoir @Lui et uriousMe, non la tête du président américain, Donald Trump, n'a pas été mise à prix par le régime iranien, en représailles à l'assassinat du général Qassem Soleimani par les Etats-Unis. Mais un des hommes qui a organisé une gigantesque procession funéraire en hommage au militaire tué en Iran a bien fait une déclaration en ce sens. Et celle-ci a été diffusée à la télévision d'Etat iranienne. Nous vous l'expliquons dans cet article.

Un portrait du président américain Donald Trump piétiné le 6 janvier 2020 à Bagdad (Irak), lors d\'une procession en hommage au général iranien Qassem Soleimani, tué par une frappe américaine sur la capitale irakienne.


(AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

09h49 : Bonjour FI, est-ce vrai que l'IRAN a annoncé une rançon contre Donald TRUMP ?

09h49 : Téhéran met 80 milliards de dollars de récompense pour tuer Donald Trump ?

09h44 : Si vous avez des questions sur les derniers événements entre l'Iran et les Etats-Unis, n'hésitez pas à nous les poser dans ce direct. Nous les poserons à un(e) spécialiste.

09h24 : "Aucun militaire français déployé en Irak n'a été touché par les frappes déclenchées cette nuit", précise l'état-major des armées françaises à franceinfo.

13h40 : Le président iranien, Hassan Rohani, a également déclaré que les Etats-Unis ont peut-être "coupé le bras" du général Qassem Soleimani mais l'Iran ripostera en leur coupant "la jambe" au Moyen-Orient, cite l'agence de presse Fars.

13h40 : Les tirs de missiles iraniens sont une "gifle au visage" des Américains.

"Une telle action militaire n'est pas suffisante. Ce qui est important, c'est de mettre fin à la présence corrompue de l'Amérique dans la région", a déclaré Ali Khamenei dans un discours télévisé, excluant toute reprise des pourparlers avec Washington sur l'accord nucléaire de 2015.



(IRANIAN SUPREME LEADER'S WEBSITE / AFP)

13h38 : Voici les principales informations de la matinée :

• Cinq jours après l'élimination du général Qassem Soleimani par les Etats-Unis, l'Iran a riposté en tirant des missiles contre deux bases abritant des soldats américains en Irak. Voici ce que l'on sait de ces tirs.

• #Environ 170 personnes ont été tuées dans le crash d'un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines. L'appareil s'est écrasé en Iran peu après avoir décollé de Téhéran en direction de Kiev, ont annoncé les médias iraniens.

Un séisme de magnitude 4,5 a eu lieu dans la région du sud-ouest de l'Iran où se trouve la centrale nucléaire de Bouchehr, a indiqué l'institut géologique américain (USGS).

Carlos Ghosn donnera cet après-midi à Beyrouth une conférence de presse. Il s'agit de sa première apparition publique depuis sa fuite du Japon vers le Liban fin décembre.

La mobilisation contre la réforme des retraites débutée il y a plus d'un mois se poursuit, avant une quatrième grande journée de manifestations demain. La circulation des trains et des transports publics parisiens est toujours très perturbée, de même que les expéditions de carburants dans les raffineries françaises ou encore les audiences judiciaires. Voici notre direct.

08h37 : Londres a "condamné" les attaques iraniennes en Irak "imprudentes et dangereuses" contre des bases de la coalition internationale, incluant des forces britanniques. Le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, a exprimé sa "préoccupation" quant à des "informations faisant état de blessés et de l'utilisation de missiles balistiques".

08h52 : Bonjour @Marie75 Effectivement, l'actualité est importante ce matin en Iran. Mais pour le moment : prudence. Aucun lien n'a été fait entre ces trois événements : les tirs de missiles iraniens sur deux bases abritant des soldats américains en Irak, le séisme dans le sud-ouest de l'Iran et le crash d'un avion à Téhéran.

08h30 : Bonjour Franceinfo. Je suis un peu perdue : le séisme vient de bombardement ? En lisant le fil je vois sur l’Iran une riposte, un avion qui s’écrase et un séisme, est ce que tous ces éléments sont liés ?

13h30 : Le séisme, d'une profondeur de 10 kilomètres, a secoué une zone située à 17 kilomètres au sud-est de la ville de Borazjan selon le site internet de l'institut américain, et la secousse a été ressentie à Bouchehr, où se trouve la centrale nucléaire iranienne éponyme, selon l'agence de presse officielle iranienne Irna. Aucune victime et aucun dégât n'ont été rapportés dans l'immédiat, selon Irna, qui cite un responsable de la centrale.

13h29 : Voici quelques images des tirs de missiles iraniens lancés contre les bases d'Erbil et d'Al-Assad, en Irak.