Explosions à Beyrouth

Deux puissantes explosions ont secoué Beyrouth (Liban), le mardi 4 août 2020, provoquant un souffle qui a été ressenti à des dizaines de kilomètres à la ronde, ainsi que l'effodrement de nombreux bâtiments. Le bilan humain s'établit dix jours plus tard à 171 morts et plus de 6 500 blessés

L'origine des explosions a été attribuée à la présence d'un stock 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium dans un bâtiment du port de la capitale libanaise. Mais l'enquête doit faire la lumière sur les circonstances exactes du sinistre. Des policiers scientifiques français ont été envoyés sur place. Et le parquet libanais doit interroger plusieurs ministres, anciens et actuels, au sujet du stockage de ce produit chimique depuis plusieurs années.

Le drame, catastrophe de trop pour des Libanais déjà éreintés par la crise économique, a relancé un mouvement de contestation déclenché à l'automne 2019 contre la classe politique, accusée de corruption, d'incompétence et de négligence. Des manifestations ont régulièrement lieu dans les rues de Beyrouth. 

Le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab a démissionné, moins d'une semaine après les explosions. Une grande partie des Libanais en colère réclament la chute du régime et le départ du président Michel Aoun, 85 ans, du chef du Parlement, l'indéboulonnable Nabih Berri, des députés et de tous les dirigeants en place depuis des décennies.

1234567891010