Liban : un an après l’explosion, le deuil et la révolte

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Liban : un an après l’explosion, le deuil et la révolte
France Info
Article rédigé par
France Télévisions

Le 4 août 2020, une gigantesque explosion sur le port de Beyrouth dévastait la ville. Un an plus tard, le pays pleure plus de 200 morts et 6 500 blessés. Karim Emile Bitar, professeur de sciences politiques (Beyrouth), revient sur ce drame en direct sur le plateau du 23h.  

18h07 : c'est l'instant où tout a basculé à Beyrouth (Liban) le 4 août 2020, et où le cèdre a perdu plus de 200 de ses enfants. Un an plus tard au milieu des ruines, les survivants s'accrochent. Si une cérémonie officielle d'hommage a réuni quelques centaines de personnes, d'autres ont préféré la rue pour honorer la mémoire des disparus, brandissant leurs portraits comme autant de slogans pour demander justice. "Nous sommes venus prier pour nos victimes, nos martyrs, nos enfants. Il y plus de colère que de tristesse. L'heure de nos dirigeants arrive", commente une manifestante.       

"Une journée éternellement gravée dans ma mémoire"    

Un an après le drame, l'enquête sur l'explosion patine et les politiques font l'autruche, tandis que le pays s'enlise. "J'espère que mon enfant ne vivra pas la même vie que j'ai vécue", confie un homme. Mercredi 4 août, les manifestants qui tentaient de s'approcher du port ont été violemment repoussés par les forces de sécurité. Les échauffourées se sont poursuivies dans la soirée, après avoir fait plusieurs blessés.     

"C’est une journée qui restera éternellement gravée dans ma mémoire. Il s’en est fallu d’une trentaine de secondes pour que je sois une victime. Mais c’est un miracle qu’il n’y ait pas eu plus de victimes", explique Karim Emile Bitar, professeur de sciences politiques (Beyrouth), spécialiste du Proche et Moyen-Orient en direct sur le plateau du 23h. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Explosions à Beyrouth

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.