Gouvernement d'Elisabeth Borne

Résumé de la rubrique

Ce n'est que la deuxième fois qu'une femme se retrouve à Matignon. Elisabeth Borne a été nommée, lundi 16 mai, Première ministre par Emmanuel Macron. Elle remplace ainsi Jean Castex à ce poste et dirigera le nouveau gouvernement lors des élections législatives où elle est elle-même candidate à Vire (Calvados).

La nouvelle cheffe du gouvernement, "très émue", a expliqué avoir "une pensée pour la première femme qui a occupé ces fonctions, Edith Cresson" entre mai 1991 et avril 1992, et a jugé que "rien ne doit freiner le combat pour la place des femmes dans notre société".

Son nom circulait depuis la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle en raison de son CV qui cochait plusieurs cases. Le chef de l'Etat voulait en effet un profil "attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive". Il souhaitait également confier les rênes du gouvernement à une femme, trente ans après Edith Cresson, seule femme à avoir occupé le poste en France jusque-là. 

Une nomination accueillie fraîchement du côté de l'opposition de droite comme de gauche. "En nommant Elisabeth Borne comme Premier Ministre, Emmanuel Macron démontre son incapacité à rassembler", a réagi lundi Marine Le Pen. "Une nouvelle saison de maltraitance sociale et écologique commence", a souligné de son côté Jean-Luc Mélenchon. "Avec Elisabeth Borne, on repart avec les mêmes", a regretté regrette Christian Jacob, patron de LR.

La feuille de route de la nouvelle Première ministre s'annonce chargée avec plusieurs dossiers brûlants à traiter dans les prochaines semaines comme l'inflation, la réforme des retraites ou le réchauffement climatique.