Remaniement : "on a l’impression d’une politique du fusible", estime Marine Tondellier, secrétaire nationale d’EELV

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Elisabeth Borne quitte son poste de Première ministre, ce lundi 8 janvier. Marine Tondellier, secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts était l’invitée du 19/20 info.
Remaniement : "on a l’impression d’une politique du fusible", estime Marine Tondellier, secrétaire nationale d’EELV Elisabeth Borne quitte son poste de Première ministre, ce lundi 8 janvier. Marine Tondellier, secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts était l’invitée du 19/20 info. (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
franceinfo
Elisabeth Borne quitte son poste de Première ministre, ce lundi 8 janvier. Marine Tondellier, secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts était l’invitée du 19/20 info.

Elisabeth Borne était la deuxième Première ministre de l’histoire de la Vème République. "On a l’impression d’une politique du fusible, ce n’était pas elle le plus gros problème du gouvernement (...) je n’attends pas grand chose de ce remaniement", déplore Marine Tondellier, secrétaire nationale d’EELV. Gabriel Attal, l’actuel ministre de l’Education, pourrait remplacer Elisabeth Borne au poste de Premier ministre, selon des rumeurs. "On voit bien qu’il ne va pas vraiment dans la direction souhaitée par les écologistes (...) les écologistes sont ouverts (...) Je ne sens pas que, quel que soit le Premier ministre, les choses soient amenées à changer dans les mois qui viennent (...) me demander ce soir d’être enthousiaste, c’est beaucoup me demander", estime Marine Tondellier. 

"Beaucoup de bruit pour pas grand chose"

Dans sa lettre de démission, Elisabeth Borne se réjouit que la France soit "désormais dotée d’une planification écologique, complète, et robuste". Selon la secrétaire nationale d’EELV, "c’est beaucoup de bruit pour pas grand chose (...) je ne vois pas le début de traductions concrètes de ce grand plan sur les territoires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.