Référendum Nouvelle-Calédonie 2021

Résumé de la rubrique

Le 12 décembre 2021, les habitants de Nouvelle-Calédonie sont invités aux urnes pour s'exprimer une dernière fois lors d'un référendum sur l'indépendance de leur île. En raison du contexte sanitaire tendu, avec une épidémie de Covid-19 qui a mis du temps à être contrôlée et de nombreux morts au sein de la population kanak, les indépendantistes ont souhaité un report du scrutin à 2022. Face au refus du gouvernement français, ils ont appelé à une "non-participation" à ce scrutin décisif.Un premier vote avait été organisé le 4 novembre 2018 : 56,40% des électeurs avaient alors voté "non" à l'indépendance. Un deuxième référendum organisé le 4 octobre 2020 a donné également une majorité au "non" à l'indépendance (53,26%).L'accord de Nouméa, signé le 5 mai 1998, prévoyait jusqu'à trois votes en cas de victoire du "non". Comme en 2018 et en 2020, les électeurs répondront "oui" ou "non" à la question suivante : "Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?" La campagne en vue de la consultation s'ouvrira le lundi 29 novembre 2021, à zéro heure, et prendra fin le vendredi 10 décembre 2021, à minuit.S’agissant du droit, en cas d'indépendance, le nouvel Etat sera libre de choisir le statut qu'il souhaite avoir. Mais il n'accèdera pas de suite à la pleine souveraineté. Le gouvernement français a prévu une période de transition qui durera, au plus tard, jusqu'en juin 2023. De longues négociations commenceraient donc, sur les modalités juridiques du désengagement de la France en Nouvelle-Calédonie.Selon le sondage réalisé dans le cadre de l’écoute profonde de la société civile calédonienne, en cas d’indépendance, 10 000 intentions de départs semblent certaines et jusqu'à 70 000 départs sont possibles.