Nouvelle-Calédonie : il n'y aura pas de référendum à la mi-2023 sur le futur cadre juridique de l'archipel

Cette consultation sur l'indépendance du territoire avait été promise par l'ancien ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Mais en l'absence de discussions, ce calendrier paraissait difficile à tenir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bureau de vote à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) lors du second tour des élections législatives, le 19 juin 2022. (CLOTILDE RICHALET / HANS LUCAS)

Le ministre délégué chargé des Outre-mer, Jean-François Carenco, a déclaré lundi 12 septembre qu'il n'y aurait pas de "référendum" mi-2023 afin de valider un nouveau cadre juridique pour l'archipel, contrairement à ce qu'avait promis son prédécesseur Sébastien Lecornu.

Depuis le référendum remporté par les partisans de la France fin 2021, qui avait été boycotté par les indépendantistes, les discussions entre les partenaires de l'accord de Nouméa sont au point mort.

Un retour rapide des indépendantistes autour de la table des négociations semble d'autant plus compromis que le mouvement indépendantiste FLNKS traverse actuellement une phase de turbulences, en raison d'un désaccord entre ses deux principales composantes.

Jean-François Carenco, dont la mission est "de renouer les fils du dialogue" selon les mots du président de la République, avait prévenu avant son départ en Nouvelle-Calédonie qu'il "prendrait le temps qu'il faut".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Référendum Nouvelle-Calédonie 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.