Jean Lassalle

Résumé de la rubrique

"Ce pays a besoin d'être rassemblé. On attire davantage les mouches avec du miel qu'avec du vinaigre", déclarait Jean Lassalle à France Bleu, en entrant en campagne. Le député du Béarn tente sa chance pour la deuxième fois, après avoir obtenu 1,21 % des voix en 2017. Il souhaite défendre "la France authentique" et la ruralité. "J'ai envie de rassembler le pays et de lui donner un cadre institutionnel qui fonctionne, je veux reconstruire un État parce que c'est un symbole", explique-t-il sur franceinfo. Un berger à l'Assemblée nationale. Avant d'entrer en politique, Jean Lassalle a eu plusieurs vies. "J'ai été berger à 22 ans, et puis ensuite ingénieur conseil et j'avais quinze salariés", confie-t-il à franceinfo. Depuis 2002, il est élu tous les cinq ans député des Pyrénées-Atlantiques. Il a également été conseiller général des Pyrénées-Atlantiques et maire de la petite commune de Lourdios-Ichère pendant trente ans, jusqu'en 2017. Un habitué des coups d'éclat. Le Béarnais a construit sa notoriété sur des interventions remarquées à l'Assemblée nationale. En 2003, il chante l'hymne occitan Se Canto dans l'Hémicycle lors d'une intervention de Nicolas Sarkozy afin de protester contre la fermeture d'une gendarmerie dans sa circonscription. Trois ans plus tard, il fait une grève de la faim de 39 jours pour sauver une entreprise de sa région. En 2013, il a parcouru plus de 5 000 kilomètres à pied dans un Tour de France pour rencontrer des Français. Plus récemment, il a encore marqué les esprits en portant un gilet jaune à l'Assemblée en soutien au mouvement de protestation. Le recrutement de 100 000 infirmières et aides-soignantes. Jean Lassalle veut donner des moyens au secteur de la santé. Il propose de recruter 100 000 infirmières et aides-soignantes sur la durée de son mandat. "Je pense qu’il faut tout de suite entreprendre la construction de lits d’hôpitaux", ajoute-t-il sur France 2. Il propose une réforme des institutions avec la mise en place du Référendum d’initiative citoyenne, la reconnaissance du vote blanc et un référendum sur le retour du septennat. Il propose aussi d'investir dans la recherche afin notamment de développer les énergies renouvelables, de revaloriser le smic à 1 400 euros net mensuels, d'accorder aux étudiants un prêt garanti par l'Etat ou encore de recruter 6 000 gendarmes et policiers.