2013, à la reconquête de l'espace

Peut-être avons-nous plus scruté le ciel que d'habitude. Mais il semble que l'actualité spatiale ait été particulièrement riche en 2013.

Sandra Bullock dans le film \"Gravity\", d\'Alfonso Cuaron, sorti en 2013.
Sandra Bullock dans le film "Gravity", d'Alfonso Cuaron, sorti en 2013. (AP / SIPA)

Pluie de météorites, astéroïdes, éclipse totale… Le ciel s'est montré plein de surprises, fascinantes ou terrifiantes, en 2013. De quoi donner envie de garder sans arrêt un œil sur les étoiles, juste au cas où, et l'autre sur un écran, pour surveiller les péripéties de quelques astronautes devenus des stars de l'internet.

Pour francetv info, pas de doute, 2013 est l'année de la reconquête de l'espace. Démonstration.

Un nom : Chris Hadfield

En six mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS), il est devenu l'astronaute le plus cool de l'histoire. Le commandant canadien Chris Hadfield a passionné les internautes, entre décembre 2012 et mai 2013, avec ses époustouflantes photos de la Terre vue de l'ISS, rassemblées par le Telegraph, et ses vidéos très instructives (où l'on apprend qu'il est possible, mais compliqué, de pleurer dans l'espace). Avant de redescendre sur Terre, il dit au revoir à ses fans en reprenant Space Oddity de David Bowie (1969), dans un clip tourné à l'intérieur de l'ISS. La vidéo a été vue près de 20 millions de fois.

Un film : "Gravity"

Que vous l'ayez vu ou non, vous avez forcément entendu parler de Gravity, l'un des plus gros succès de l'année au cinéma, sorti en France en octobre. Dans cette épopée intersidérale d'Alfonso Cuarón, Sandra Bullock incarne le docteur Ryan Stone, projetée dans le vide après une collision avec des débris spatiaux. Le film a scotché un million de spectateurs français à leur fauteuil en cinq jours, un record. Même les astronautes sont séduits.

Une peur ancestrale : la collision avec un astéroïde

Le 15 février, deux évènements distincts éveillent une même trouille immémoriale : le ciel peut-il nous tomber sur la tête ? Un astéroïde de 135 000 tonnes frôle le globe terrestre à moins de 30 000 kilomètres et une pluie de météorites tue trois personnes et sème la panique dans l'Oural, en Russie.

Nicolas Chateauneuf - France 2

Une grosse frayeur : un astronaute échappe à la noyade

"Ma tête est très humide et j'ai l'impression que ça empire." L'Italien Luca Parmitano est sorti de l'ISS depuis moins d'une heure, quand il doit rentrer en urgence à cause d'une fuite d'eau dans son casque, en août. Son calme est impressionnant, son récit, glaçant.

AP

Une fierté européenne : le téléscope Gaïa

Construit à Toulouse, Gaïa est parti à l'aventure, le 19 décembre, depuis Kourou (Guyane). Le téléscope spatial tournera, pendant cinq ans en orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Ses missions : répertorier environ un milliard d'étoiles, dessiner une carte en 3D, retracer la vie de la voie lactée et découvrir de nouvelles exoplanètes.

ARIANESPACE

De nouveaux acteurs : la Chine, l'Inde… et l'Iran ?

L'Inde envoie une sonde vers Mars, la Chine pose son robot "Lapin de Jade" sur la Lune. Voilà les économies émergentes lancées dans une course vers l'espace, qui rappelle la compétition entre les Etats-Unis et la Russie, après la seconde guerre mondiale. Les objectifs sont d'ailleurs les mêmes : briller à l'international, stimuler la fierté nationale, développer ses technologies civiles et militaires.

AP

De son côté, l'Iran affirme avoir envoyé deux singes dans l'espace, revenus sains et saufs. Des doutes sont émis sur le premier vol effectué en janvier, car Téhéran présente aux médias un animal différent à l'aller et au retour. Le second, envoyé en décembre, serait monté à 120 kilomètres d'altitude.

Un espoir : trouver la vie extraterrestre

Il y aurait des milliards de planètes semblables à la Terre, dont une poignée découvertes cette année, hors du système solaire, inaccessibles, sur lesquelles aucun humain ne laissera jamais une seule empreinte. Et aucune forme de vie n'a encore été décelée sur les planètes connues. Malgré l'absence totale de preuve de vie extraterrestre, l'humain rêve toujours de rencontrer des petits hommes verts, qu'il n'imagine plus si petits, ni vraiment verts. Pourquoi cette recherche obstinée ? Pour expliquer ses origines, savoir s'il est seul dans l'immensité de l'univers ou si la vie peut prendre une autre forme, ailleurs.

Un fantasme : vivre sur Mars

Une planète fascine encore plus que les autres : Mars. L'envoi de la sonde Curiosity par la Nasa, en 2012, continue de passionner professionnels et amateurs. Un internaute a compilé des images prises par le robot depuis son arrivée sur la planète rouge.

L'observer de loin d'accord, mais pourquoi ne pas y aller carrément ? Les volontaires ne manquent pas pour prendre un aller sans retour en direction de Mars. Ils seraient au moins 200 000, selon la société privée Mars One, à l'origine d'un projet de colonisation de cette planète pourtant hostile à l'homme.

Frédérique Prabonnaud, Christophe Kenck - France 2

Un spectacle : l'éclipse totale

Même si elles ne sont pas si rares, les éclipses gardent un exceptionnel pouvoir d'attraction. La dernière éclipse solaire en date, le 3 novembre, n'était visible que dans certaines zones du globe et n'a été totale que pendant une minute, dans le ciel kenyan.

Un homme forme un cœur avec ses doigts autour de l\'éclipse solaire, au Koweit, le 3 novembre 2013.
Un homme forme un cœur avec ses doigts autour de l'éclipse solaire, au Koweit, le 3 novembre 2013. (YASSER AL-ZAYYAT / AFP)

Une bizarrerie : un astéroïde à six queues

Il tourne sur lui-même et éjecte de la poussière comme un système d'arrosage automatique. P/2013 P5, un astéroïde à six queues, repéré grâce au télescope Hubble, stupéfait les scientifiques qui l'ont observé.

L\'astéroïde P/2013 P5, photographié par la Nasa.
L'astéroïde P/2013 P5, photographié par la Nasa. (NASA / ESA / AFP)
 

Une expérience : le vol zéro-G

C'est le premier vol commercial de ce type. Quarante chanceux, encadrés par le spationaute français Jean-François Clervoy, ont embarqué à bord de l'Airbus A300 Zéro-G (pour "zéro gravité"), pour faire leur baptême d'apesanteur, le 15 mars. L'expérience coûte tout de même près de 6 000 euros.

Frédérique Prabonnaud, Christophe Kenck - France 2

Une astuce : se laver les cheveux dans l'espace

Au cas où vous vous trouveriez dans la Station spatiale internationale, sachez que certains gestes du quotidien nécessitent une véritable gymnastique, ainsi qu'une bonne organisation. L'astronaute américaine Karen Nyberg nous a appris cette année à laver des cheveux longs en apesanteur. Pas facile.

Un cadeau : des jouets dans la stratosphère

Finalement, chacun peut, à sa façon, aller dans l'espace. La stratosphère a déjà servi de vitrine à des Etats, des marques ou encore des artistes. La Russie y a envoyé la flamme olympique, une chaîne de restaurants s'est offert un coup de pub en y propulsant une pizza… Mais l'idée la plus adorable (et la plus désintéressée) est celle d'un père de famille français, qui a offert un petit voyage aux jouets de ses deux enfants. Une aventure filmée grâce à un ingénieux dispositif fait maison.

DENIS SEBASTIEN et ERIC JAQUIN - FRANCE 2