La Chine devient le troisième pays à explorer la Lune

La sonde spatiale Chang'e-3 a aluni en douceur samedi. Après les Etats-Unis et l'URSS, la Chine devient la troisième nation mondiale à réussir une telle manœuvre.

Une photographie du sol lunaire réalisé par la sonde Chang\'e-3, le 14 décembre 2013 sur la Lune.
Une photographie du sol lunaire réalisé par la sonde Chang'e-3, le 14 décembre 2013 sur la Lune. (WANG JIANMIN / XINHUA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une étape importante pour l'ambitieux programme spatial chinois. La sonde spatiale Chang'e-3, avec à son bord le véhicule d'exploration spatiale "Lapin de jade", s'est posée samedi 14 décembre sur le sol lunaire. Après les Etats-Unis et l'URSS, la Chine devient la troisième nation mondiale à réussir un alunissage en douceur.

Francetv info revient sur cette première depuis la mission soviétique Luna 24, en août 1976.

Comment s'est passé l'alunissage ?

Le processus final de descente du module, depuis une altitude de 15 kilomètres au-dessus de la surface lunaire, a débuté à 21 heures (14 heures, heure française) et a duré douze minutes, selon une diffusion en direct à la télévision chinoise. Après avoir actionné ses rétrofusées pour ralentir, Chang'e-3 a touché le sol dans un territoire nommé la Baie des arcs-en-ciel.

Une salve d'applaudissements dans la salle de contrôle à Pékin a salué cet alunissage. Les médias officiels chinois ont immédiatement annoncé le "succès" de l'opération, censée être la plus risquée de la mission. Les puissants réseaux sociaux chinois ont également relayé l'information, avec souvent des accents patriotiques. "Bravo à mon pays !", a par exemple réagi un internaute. "Gloire et longue vie à la Chine !", a écrit un autre.

La sonde Chang'e-3 avait été lancée le 1er décembre par une fusée Longue Marche depuis la base de lancement des satellites de Xichang, dans la province du Sichuan (sud-ouest).

 

Voir la vidéo
EVN

Qu'est-ce que le "Lapin de Jade" ?

A bord de Chang'e-3 se trouve le "Lapin de jade", un engin tout-terrain à six roues, bourré d'électronique et pesant environ 120 kilos. Déployé dimanche, il sera chargé d'effectuer des analyses scientifiques, notamment géologiques. Il enverra aussi vers la Terre des images en trois dimensions de la Lune.

Ce nom a été choisi par des millions de chinois lors d'un vote en ligne. Selon la légende, le lapin lunaire, ou "lièvre de la Lune", vit sur le satellite de la terre, où il pile l'élixir d'immortalité dans son mortier. L'animal apothicaire a pour compagne Chang'e, la déesse chinoise de la Lune et nom de la sonde lunaire chinoise.

Une maquette du \"Lapin de jade\", le robot d\'exploration lunaire chinois.
Une maquette du "Lapin de jade", le robot d'exploration lunaire chinois. (PETER PARKS / AFP)
 

L'engin sera opérationnel pendant trois mois, durant lesquels il se déplacera à une vitesse maximale de 200 mètres par heure.

Quelle est la prochaine étape pour la Chine ?

Après son premier vol habité il y a dix ans, la Chine continue de refaire son retard technologique sur les grandes puissances en reproduisant des expériences réalisées il y a des décennies par les Américains et les Soviétiques.

"Le programme lunaire chinois se déroule au rythme prévu sans qu'il y ait de rupture", explique Isabelle Sourbès-Verger, spécialiste du programme spatial chinois au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). A termes, Pékin veut se doter d'une station spatiale orbitale permanente et surtout, devenir le premier pays asiatique à marcher sur la Lune, probablement après 2025.