Fessenheim : la coupure du premier réacteur divise

Le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) doit être éteint à 2 heures du matin, dans la nuit du 21 au 22 février. Mais cette décision ne plait pas à tous les employés.

france 2

Auprès de plusieurs employés, cette décision ne passe toujours pas. Dans la nuit du 21 au 22 février, à 2 heures, précisément, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) doit être coupé. Mais après 43 ans d'activité, ce choix ne plait pas à tout le monde. Certains employés craignent en effet pour leur travail. "On a l'impression d'être dans le couloir de la mort, on a un petit espoir, qui n'arrivera pas bien sûr, que tout peut encore changer", explique l'un d'eux. En tout, ce sont 200 postes qui seront supprimés à cause de cette fermeture, sur les 650 que compte aujourd'hui l'usine. 

Une première étape

Mais le démantèlement de la centrale, évoqué de longue date par les autorités, est salué par certaines associations locales, pour qui cette fermeture n'est qu'une première étape. "J'attends que la centrale ferme définitivement et aussi que le tout soit ramené à l'herbe. Car il ne s'agit pas de laisser des fondations radioactives dans le sol, au-dessus de la nappe phréatique", indique Madeleine Gamb, de l'association Stop Fessenheim. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de Fessenheim, photographiée le 18 mars 2014 (image d\'illustration)
La centrale nucléaire de Fessenheim, photographiée le 18 mars 2014 (image d'illustration) (SEBASTIEN BOZON / AFP)