Israël/Palestine : “j’ai été assez surpris”, précise l’ancien reporter Charles Enderlin au moment de la signature des accords d’Oslo

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
"J’ai été assez surpris”, précise l’ancien reporter Charles Enderlin au moment de la signature des accords d’Oslo entre Israël/Palestine. -
Israël/Palestine : “j’ai été assez surpris”, précise l’ancien reporter Charles Enderlin au moment de la signature des accords d’Oslo "J’ai été assez surpris”, précise l’ancien reporter Charles Enderlin au moment de la signature des accords d’Oslo entre Israël/Palestine. - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - S.Chironi
France Télévisions
franceinfo
Il y a 30 ans, une poignée de main historique avait lieu entre l’Israélien Yitzhak Rabin et le Palestinien Yasser Arafat. Le 19/20 info reçoit Charles Enderlein, qui a été le reporter de France 2 pendant plus de 30 ans dans la région.

Interrogé sur l’accord, Charles Enderlin reconnait que cette journée du 13 septembre 1993 était extraordinaire. “Pour moi, cela avait commencé un peu avant. Le ministre norvégien des Affaires étrangères a apporté à Yitzhak Rabin une lettre de Yasser Arafat dans laquelle le chef de l’OLP reconnaissait Israël. Rabin avait signé la même lettre reconnaissant l’OLP. Le lendemain, je suis allé à Gaza pour voir ce qu’il se passait (…) il y avait une JEEP israélienne, un gamin est allé mettre un petit drapeau palestinien et les militaires n’ont rien fait”, précise le journaliste.  

Un moment historique 

“À ce moment-là, tout le monde est sorti avec des drapeaux israéliens”, poursuit-il. “J’ai été assez surpris que Rabin décide d’y aller. On savait qu’il y avait des négociations discrètes sur place (…) tout à coup, on a eu l’accord d’Oslo, qui a surpris tout le monde, y compris les Américains”, avance Charles Enderlin. Interrogé sur le courage des deux hommes, il approuve. “Rabin a dû affronter l’extrême droite. Le 25 février 1994, un terroriste juif a assassiné 29 musulmans. Après il y a eu des affrontements encore très violents. Ce massacre a été le prétexte pour les islamistes de lancer des attentats, et le public israélien a perdu confiance dans le processus”, conclut le journaliste.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.