Coup d’État au Gabon : la présence de la France contestée

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Coup d’État au Gabon : la présence de la France contestée -
Coup d’État au Gabon : la présence de la France contestée Coup d’État au Gabon : la présence de la France contestée - (France 2)
Article rédigé par France 2 - E.Leenhardt
France Télévisions
France 2
La France a condamné le coup d'Etat au Gabon et recommande à ses ressortissants de rester chez eux. Quelle est sa présence dans le pays, et quels sont ses liens avec le pays ? Le point avec le journaliste Étienne Leenhardt, sur le plateau du 20 Heures.

La France, qui a condamné le coup d’État militaire au Gabon, a des liens étroits avec le pays. "10 000 Français résident aujourd’hui au Gabon", rappelle le journaliste Étienne Leenhardt sur le plateau du 20 Heures. "La France y garde des intérêts économiques importants dans le pétrole par exemple avec la présence entre autres de Total Energies, mais aussi dans l’exploitation minière, du manganèse (qui sert à la fabrication de l’acier mais aussi des batteries) avec la société Eramet. Et puis une présence militaire puisqu’une base française y est implantée avec environ 400 militaires en permanence", poursuit-il. 

Une présence militaire décriée 

Huit putschs ou tentatives de putsch ont eu lieu en trois ans dans l’Afrique francophone. "Au Mali, au Burkina-Faso, au Niger, les putschistes ont demandé le départ des troupes françaises. Pourtant, nos armées avaient obtenu certains succès dans la lutte contre le terrorisme. La présence militaire française en Afrique apparait de plus en plus comme un soutien direct aux régimes en place. Au Gabon, la France soutenait le président Bongo", détaille Étienne Leenhardt. "Nous avons d'autres bases en Côte d’Ivoire, au Sénégal, à Djibouti… Il y a bien un projet pour les rendre moins visibles, moins de militaires et plus de coopérants civils. Beaucoup d’observateurs considèrent que c’est trop peu et surtout trop tard." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.