Mercosur

 Vendredi 28 juin, l'Union européenne et les pays sud-américains rassemblés dans le marché commun du Mercosur (l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay) ont annoncé avoir conclu un projet d'accord commercial, au terme de près de vingt ans de négociations.
Ce vaste accord de libre-échange prévoit d'accroître les échanges entre le Mercosur et l'Union européenne. Il devrait concerner 780 millions de consommateurs. Les quatre principaux pays ont ainsi accepté d'ouvrir grand leurs portes à l'industrie européenne, notamment ses voitures, ses produits chimiques et pharmaceutiques. Concrètement, l'accord éliminera, à terme, 91% des droits de douane imposés par ces pays sud-américains sur les produits européens. En échange, l'Union européenne supprimera 92% des taxes actuellement appliquées sur les biens sud-américains qui arrivent sur son sol.
Les agriculteurs européens considèrent qu'ils sont les grands sacrifiés de cet accord et qu'ils devront faire face à une concurrence déloyale. Les agriculteurs ne sont pas les seuls inquiets. Globalement, élus et associations écologistes voient dans cet accord une attaque contre l'environnement et les droits humains, notamment de la part du Brésil, un des plus gros pays du Mercosur.