Santé : les consultations pour pneumopathie chez les enfants augmentent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
L’Organisation mondiale de la santé s’inquiète de la hausse exponentielle de maladies respiratoires actuellement en Chine. Des interrogations apparaissent alors qu’en France, une flambée de pneumopathies chez les enfants est également en cours.
Santé : les consultations pour pneumopathie chez les enfants augmentent L’Organisation mondiale de la santé s’inquiète de la hausse exponentielle de maladies respiratoires actuellement en Chine. Des interrogations apparaissent alors qu’en France, une flambée de pneumopathies chez les enfants est également en cours. (France 2)
Article rédigé par France 2 - F. Bouquillat, F. Prabonnaud, E. Bailly, A. Chopin, L. Kisiela, J. Weyl, V. Bouffartigue, R. Mathé, M. Wang, D. Aysun
France Télévisions
France 2
L’Organisation mondiale de la santé s’inquiète de la hausse exponentielle de maladies respiratoires actuellement en Chine. Des interrogations apparaissent alors qu’en France, une flambée de pneumopathies chez les enfants est également en cours.

De la fatigue, une toux persistante : voilà les symptômes qui, depuis plusieurs jours, amènent de nombreux enfants comme Enzo, 10 ans, à consulter leur pédiatre. "L’auscultation d'Enzo est très en faveur d’une surinfection de type mycoplasme", indique son médecin. Une bactérie qui peut entraîner une pneumopathie. Depuis quelques semaines, cette infection respiratoire inquiète. Différente de la bronchiolite, elle se multiplie surtout chez les moins de 15 ans. Entre juillet et novembre, les passages aux urgences ou en consultation chez SOS médecins sont passés de moins d’1% à près de 3%.

Les hôpitaux chinois sont débordés

"Tous les 4-5 ans on a une augmentation du nombre de pneumonies, un mycoplasme. C’est normal qu’on voie une augmentation plus importante compte tenu qu’il y avait le Covid, les gestes barrières, et donc que l’immunité a baissé. A priori, il n’y a pas de liens avec ce qu’il se passe en Chine", indique Yasdan Yasdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat, et directeur de l’ANRS maladies infectieuses émergentes.

En Chine, les hôpitaux sont débordés. Des centaines de parents inquiets font la queue avec leurs enfants fiévreux ou secoués de quintes de toux. Selon les autorités chinoises, cette augmentation s’explique par l’abandon cette année des mesures de restrictions sanitaires. L’Organisation mondiale de la santé ne se déclare pas officiellement préoccupée, mais demande à la Chine de publier des informations complémentaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.