Disparition du petit Émile : l'appel poignant de sa mère dans un message audio

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Disparition du petit Émile : l'appel poignant de sa mère dans un message audio
Disparition du petit Émile : l'appel poignant de sa mère dans un message audio Disparition du petit Émile : l'appel poignant de sa mère dans un message audio (France 2)
Article rédigé par France 2 - L.Feuerstein, O.Longueval, L.Le Moigne, J.-M.Perroux
France Télévisions
France 2
La mère du petit Émile, disparu le 8 juillet, s'est exprimée dans un message audio transmis à un journaliste du magazine "Famille Chrétienne", jeudi 23 novembre. Elle demande à celui ou ceux qui connaissent la vérité de répondre enfin à son attente.

Il y a tout juste un an, Émile était photographié tout émerveillé devant son gâteau d'anniversaire. Une image d'un bonheur lointain. Depuis plus de quatre mois, l'enfant reste introuvable. Dans la soirée du jeudi 23 novembre, les parents d'Émile ont envoyé un message poignant au journaliste du magazine Famille Chrétienne Samuel Pruvot, le seul qui est en contact régulier avec eux.

"Rendez-le nous !"

"Ce 24 novembre, c'est son anniversaire et nous ne pouvons pas le fêter. Nous voulons nous adresser aujourd'hui à celui ou ceux qui savent ce qui lui est arrivé. Dites-nous où est Émile ! Par pitié ! S'il est vivant, ne nous laissez pas vivre sans lui ! Rendez-le nous ! Par pitié ! S'il est mort, dites-nous où il se trouve !", implore la mère d'Émile dans ce message audio.

Le 8 juillet, Émile a été aperçu pour la dernière fois près d'un lavoir dans le village de vacances de ses grands-parents. C'est là aussi que les chiens des enquêteurs ont perdu sa trace. Depuis, toutes les maisons du hameau ont été fouillées, les habitants ont été entendus et un étang a été sondé, sans résultat, au grand désarroi des parents. De nouvelles perquisitions ont eu lieu le 7 novembre. Des téléphones et des ordinateurs ont été analysés, mais pour l'heure, la disparition d'Émile reste un mystère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.