#OnVousRépond : Attestations, couvre-feu, commerces... Nos réponses à vos 14 questions sur l'allègement du confinement

Emmanuel Macron a annoncé un assouplissement des règles du confinement à partir de samedi. La rédaction de franceinfo répond à vos interrogations sur les nouvelles mesures pour affronter l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min.
Un cinéma à Paris, fermé en raison du confinement, le 25 novembre 2020. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

"Un cap, un calendrier et des perspectives." Emmanuel Macron a salué, mardi 24 novembre, "une lente décrue" de l'épidémie de Covid-19, et a présenté les modalités d'allègement du confinement. De nouvelles mesures entreront en vigueur selon un calendrier en trois étapes : le 28 novembre, le 15 décembre et le 20 janvier.

Ainsi, les petits commerces seront autorisés à rouvrir dès samedi. Le confinement pourra ensuite être levé à la mi-décembre, "si les objectifs sanitaires sont atteints", a temporisé Emmanuel Macron. La réouverture des restaurants et des salles de sport n'interviendra pas avant le 20 janvier. Le Premier ministre, Jean Castex, doit préciser ces annonces, lors d'une conférence de presse, jeudi 26 novembre, à 11 heures. En attendant, nous avons tenté de répondre à un maximum de questions posées dans le live de franceinfo avec le hashtag #OnVousRépond.

1"L'attestation de déplacement va-t-elle évoluer pour pouvoir se rendre dans les commerces à partir de samedi ?"

C'est fort probable. D'autant plus que les attestations actuelles, téléchargeables sur notre site, mentionnent la possibilité de se promener ou de pratiquer une activité sportive dans un rayon d'un kilomètre autour de son lieu de confinement, et pour une durée d'une heure. Or, ces limitations vont passer à 20 kilomètres et trois heures à partir de samedi. Les attestations vont donc certainement évoluer pour tenir compte de ces changements. 

2"A partir de samedi, y aura-t-il une durée maximale et/ou une distance maximale pour aller faire ses achats ?"

Comme c'est déjà le cas actuellement, vous pourrez continuer de faire vos courses, sans aucune restriction kilométrique ou de durée, tant que vous ne vous rendez pas dans un commerce situé dans une autre région, et à condition de vous munir d'une attestation. Seules les sorties pour les promenades ou la pratique d'une activité sportive sont restreintes à une heure, dans un rayon d'un kilomètre autour de votre lieu de confinement. A partir de samedi, la durée autorisée pour ces sorties passera à trois heures, dans un rayon de 20 kilomètres. 

3"A partir du 15 décembre, comment feront les personnes qui commencent à travailler avant 7 heures, donc pendant le couvre-feu ?"

Emmanuel Macron n'a pas détaillé les modalités du couvre-feu qui devrait être rétabli le 15 décembre, de 21 heures à 7 heures, si les conditions sanitaires permettent la levée du confinement. Mais, si on se réfère au premier confinement, mis en place en octobre, quelques dérogations étaient alors possibles, notamment pour vous rendre sur votre lieu de travail. Ce point sera peut-être précisé, jeudi matin par le gouvernement, mais tout porte à croire qu'il n'y aura pas de problème pour vos déplacements professionnels.

4"Qu'en est-il du couvre-feu pour le soir du 25 décembre ?"

Le couvre-feu prévu à partir du 15 décembre, si les conditions sanitaires permettent la levée du confinement, ne s'appliquera ni le soir du réveillon de Noël, le 24 décembre, ni celui du jour de l'An, le 31 décembre, "pour partager ces moments en famille", a annoncé Emmanuel Macron. En revanche, aucune exception n'est prévue, pour l'instant, pour le 25 décembre au soir, ou pour le 1er janvier. Si vous vous rendez chez des proches le jour de Noël, il faudra visiblement veiller à ce que le repas ne s'éternise pas.

5"Est-il envisageable de fêter le Nouvel An à l’étranger le temps du week-end ?"

Emmanuel Macron n'a pas évoqué la question des frontières dans son allocution, mardi soir. Lors de l'annonce du confinement, le 28 octobre, le chef de l'Etat avait indiqué que "sauf exception, les frontières extérieures [à l'espace européen] resteront fermées". Par ailleurs, "nos frontières intérieures à l'espace européen demeureront ouvertes", avait alors ajouté Emmanuel Macron. Mais dans les faits, le ministère des Affaires étrangères rappelle que "continuer à limiter les déplacements est nécessaire". De plus, en période de confinement, votre trajet entre votre domicile et l'aéroport doit répondre à l'un des motifs répertoriés sur les attestations. Pour l'heure, il est impossible de dire ce qu'il adviendra après la levée du confinement, qui devrait intervenir le 15 décembre. 

Dans tous les cas, si vous envisagez un déplacement à l'étranger, pensez à vous rendre sur le site du ministère des Affaires étrangères, diplomatie.gouv.fr, pour vous renseigner sur les conditions d'entrées dans le pays concerné. Certains pays ont complètement fermé leurs frontières. D'autres imposent le respect de certaines règles sanitaires à l'arrivée (test, quarantaine...). Vous pouvez également consulter la carte établie par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, qui donne une vision globale de la situation sanitaire en Europe.

6"Qu'en est-il des auto-écoles ? Vont-elles rouvrir samedi ?"

La date de la réouverture des auto-écoles n'a pas encore été fixée, et sera tranchée dans les prochaines heures, a expliqué mercredi matin, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, sur France Inter"Le plus tôt sera le mieux", et une ouverture dès samedi n'est pas exclue, a-t-il assuré. La conférence de presse du Premier ministre, Jean Castex, jeudi, à 11 heures, devrait permettre d'y voir plus clair sur ce sujet. Pour rappel, les leçons de conduite sont actuellement suspendues, mais le passage de l'examen du permis reste possible. 

7"Savez-vous s'il sera possible de faire des visites de biens immobiliers à partir de samedi ?"

Il est fort probable que la possibilité d'effectuer des visites soit conditionnée à la réouverture ou non des agences immobilières. Or, comme pour les auto-écoles, cette question doit être tranchée mercredi, a indiqué Bruno Le Maire, sur France Inter. Une ouverture dès samedi n'est pas exclue, a-t-il assuré. Encore une fois, la conférence de presse de Jean Castex, jeudi, devrait permettre d'apporter des précisions sur les commerces et les services autorisés à rouvrir à partir de samedi. 

8"Pourra-t-on aller chez son coiffeur dès le 28 novembre ?"

Les salons de coiffure font partie des commerces et services qui pourront rouvrir à partir de samedi. Mais votre coiffeur devra vous accueillir "dans le cadre d'un protocole sanitaire strict, qui a été négocié avec l'ensemble des professionnels" , a expliqué Emmanuel Macron, mardi soir. Ce protocole doit être validé mercredi par le Haut conseil de la santé publique.

Un durcissement de la jauge limitant le nombre de clients présents dans un magasin est à l'étude, à une personne pour 8 mètres carrés, contre 4 mètres carrés jusqu'ici. Le président de l'Union nationale des entreprises de coiffure (Unec), Christophe Doré, craint que cette jauge restreinte n'engendre une baisse de 40% du chiffre d'affaires pour les salons

9"Pouvez-vous confirmer l'information qui dit que pour Noël les stations de ski ne pourront pas ouvrir ?"

Emmanuel Macron a effectivement annoncé qu'il est "impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes" des stations de ski. Une concertation est en cours entre le gouvernement et les professionnels du secteur. Il est "bien préférable de privilégier une réouverture courant janvier dans de bonnes conditions", selon le chef de l'Etat, qui a par ailleurs ajouté que cette décision ferait l'objet d'une coordination "avec nos voisins européens". 

"On est consterné, on ne comprend pas", a réagi, mardi soir, sur franceinfo Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM), qui rappelle que la période des fêtes de fin d'année représente "entre 20 et 25% du chiffre d'affaires" des stations.

10"La jauge pour la célébration des mariages change-t-elle à partir de samedi ?"

Actuellement, les mariages à la mairie et dans les lieux de culte restent autorisés, mais dans la limite de six personnes présentes. A partir de samedi, les offices  religieux dans les lieux de culte seront de nouveau autorisés, mais avec une jauge de 30 personnes maximum. Emmanuel Macron n'a pas précisé si cette mesure concernait la célébration des mariages dans les lieux de culte.

Par ailleurs, le président a indiqué qu'il faudra, pour les prochaines semaines, encore "renoncer aux réunions privées" et "aux rassemblements familiaux", ce qui semble de facto fermer la porte à de grands rassemblements entre amis et famille pour fêter les mariages, dans l'immédiat. "Les événements festifs dans les salles à louer" resteront interdits après le 15 décembre, a également indiqué le chef de l'Etat.

11"Le déconfinement est annoncé le 15 décembre. Est-ce que ça signifie la suppression des protocoles sanitaires à l’école, notamment la fin du port du masque à l’école primaire ?"

L'évolution des protocoles sanitaires dans les écoles, dont le primaire, n'a pas été mentionnée par Emmanuel Macron, lors de son allocution. Il est toutefois peu probable qu'ils disparaissent avec la levée du confinement, prévue, en théorie, le 15 décembre. Plusieurs protocoles se sont succédé dans les établissements scolaires depuis le déconfinement, le 11 mai, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. Le dernier en date a été mis en place à la fin du mois d'octobre, pour l'entrée en vigueur du confinement.

Une disparition pure et simple, du jour au lendemain, du protocole sanitaire dans les écoles est peu envisageable, mais il sera certainement adapté au gré de l'évolution de la situation sanitaire. Rien ne semble non plus indiquer, pour l'heure, que l'obligation du port du masque à l'école pour les enfants à partir de 6 ans sera levée prochainement. 

12"Universités et étudiants ont-ils été un peu oubliés ?"

Emmanuel Macron a évoqué les universités dans son allocution. Elles devraient reprendre les cours en présence "de tous les élèves", début février, a annoncé le chef de l'Etat. Soit deux semaines après la reprise des cours en présentiel dans les lycées, prévue le 20 janvier, "si les objectifs sanitaires sont atteints"

Sur le plan des aides financières, le chef de l'Etat a indiqué que 150 euros seront versés en fin de semaine aux étudiants boursiers. Cette aide sera également perçue par les bénéficiaires du RSA et de l’allocation de solidarité spécifique, et aux jeunes de moins de 25 ans non étudiants touchant les APL. Cent euros par enfant seront versés en plus pour les familles bénéficiant des APL. "Au total, 4 millions de familles et 1 300 000 jeunes seront aidés", selon Emmanuel Macron.

13"Le télétravail sera-t-il maintenu à 100% jusqu'au 1er janvier ?"

Emmanuel Macron a simplement déclaré qu'après samedi, il faudrait toujours "télétravailler quand cela est possible". Mais il n'a pas précisé si cette règle sera maintenue après la levée théorique du confinement, le 15 décembre. Les modalités du télétravail seront peut-être précisées par le gouvernement, jeudi matin.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a indiqué sur BFMTV, mercredi matinque Jean Castex avait demandé aux partenaires sociaux "de réfléchir à une deuxième phase de télétravail pour le début de l'année qui ne soit pas le 100% télétravail". Ce qui semble donc exclure tout changement avant le 1er janvier. 

14"Les discothèques sont fermées depuis mi-mars. Avez-vous des précisions sur une sortie de leur confinement ?"

Emmanuel Macron a simplement indiqué que les discothèques ne pourront pas rouvrir leurs portes lors de la seconde étape du déconfinement, prévue entre le 15 décembre et le 20 janvier. En revanche, le chef de l'Etat n'a pas précisé si une réouverture de ces établissements de nuit est envisageable au cours de la troisième étape du déconfinement, qui doit s'ouvrir après le 20 janvier. 

Concernant les mesures de soutien, les discothèques, comme tous les établissements qui resteront fermés administrativement, "se verront verser quelle que soit leur taille, 20% de leur chiffre d’affaires de l’année 2019 si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité", a par ailleurs précisé Emmanuel Macron. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.