Jauge de huit mètres carrés par client : les coiffeurs craignent une baisse de chiffre d'affaires de 40%

Le chef de l'Etat annoncera, mardi 24 novembre à 20 heures, les nouvelles conditions du confinement mis en place pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme se fait couper les cheveux dans un salon de coiffure à Paris, le 12 mai 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

"Le chiffre d'affaires va baisser de 40%" si les salons de coiffure doivent limier leur jauge à un client pour huit mètres carrés, alerte mardi 24 novembre sur franceinfo Christophe Doré, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec). La limitation d'un client pour huit mètres carrés est l'une des hypothèses étudiées pour le futur protocole dont les grandes lignes doivent être dessinées par Emmanuel Macron mardi soir.

"Sacraliser huit mètres carrés lorsqu'une cliente est en train de poser parce qu'elle a une couleur, un balayage sur la tête, ça nous paraît incohérent, affirme Christophe Doré, ça va nous mettre en difficulté à l'aube du plus gros mois de l'année, le mois de décembre, après un mois de fermeture."

"On est très inquiets, il y a des spécificités dans notre métier."

Christophe Doré, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec)

à franceinfo

"Quand vous avez un temps de pose avec un nombre de personnes limité, ça va nous limiter en terme de clients, donc le chiffre d'affaires va baisser de 40%", d'après les calculs de l’Union nationale des entreprises de coiffure. Le secteur de la coiffure a déjà beaucoup souffert ces dernier mois : "À part le mois de mai qui a été euphorique, depuis juin nous sommes en baisse entre moins 15 et moins 30%. Donc si aujourd'hui, nous avons cette jauge restrictive, ça va nous poser de gros problèmes", insiste Christophe Doré qui a longuement exposé tous ces arguments au cabinet du ministre de l'Economie ces derniers jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.