Covid-19 : à quoi vont ressembler les fêtes de fin d'année ?

Emmanuel Macron a livré des recommandations, mardi, lors de son allocution, tout en présentant un tableau global de la situation. Le confinement sera levé le 15 décembre si "les objectifs sanitaires sont atteints".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des jouets décorent une table de Noël dans un marché à Amiens (Somme), le 1er décembre 2019. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

"Il ne s’agira pas, à coup sûr, de vacances de Noël comme les autres", a prévenu Emmanuel Macron lors de son allocution, mardi 24 novembre, pour présenter les mesures à venir pour affronter la pandémie de Covid-19.

A un mois du réveillon de Noël, et alors que tous les commerces pourront rouvrir dès le 28 novembre, jusqu'à 21 heures en suivant un "protocole sanitaire strict", le chef de l'Etat a livré des recommandations pour les fêtes de fin d'année, tout en présentant un tableau global de la situation.

>> Réactions, analyses, questions des internautes : retrouvez dans notre direct les dernières informations après l'allocution d'Emmanuel Macron

Levée du confinement le 15 décembre, si les chiffres sont bons

"Si les objectifs sanitaires sont atteints" au 15 décembre, c'est-à-dire si la France passe sous la barre des 5 000 contaminations par jour et qu'entre 2 500 et 3 000 personnes se trouvent en réanimation, "le confinement pourra être levé", a indiqué le président de la République.

Autrement dit, "nous pourrons donc à nouveau nous déplacer, sans autorisation, y compris entre régions, et passer Noël en famille", a poursuivi le chef de l'Etat. Mais "il faudra au maximum limiter les déplacements inutiles", a-t-il souligné. La SNCF a déjà fait savoir que tous les trains grandes lignes devraient circuler pour les vacances scolaires si l'évolution de la situation sanitaire permet la levée du confinement comme prévu le 15 décembre.

Si les objectifs sanitaires fixés ne sont pas atteints, le confinement risque de ne pas être levé et des restrictions de déplacement devraient être toujours en place pour les fêtes de fin d'année. Mais Emmanuel Macron n'a pas détaillé ce scénario.

Libre circulation les soirs des 24 et 31 décembre

"Partout sur le territoire, à partir du 15 décembre, un couvre-feu de 21
heures à 7 heures du matin sera mis en place", a indiqué Emmanuel Macron. Mais le couvre-feu sera levé exceptionnellement pour deux soirées. "Nous pourrons circuler librement les soirs des 24 et 31 décembre, pour partager ces moments en famille", a ajouté Emmanuel Macron.

Pour les catholiques, la traditionnelle messe de minuit ne pourra peut-être pas accueillir autant de monde que d'habitude. "Pour les cultes, les offices seront à nouveau permis dans la stricte limite de 30 personnes", dès le 28 novembre, a annoncé Emmanuel Macron. Mais il n'a pas précisé si cette jauge évoluera à partir du 15 décembre si le confinement est levé.

Pas de rassemblements sur la voie publique, pas de fêtes dans des salles à louer

S'il sera possible de circuler librement les soirs des 24 et 31 décembre, "les rassemblements sur la voie publique ne seront pas tolérés", a annoncé Emmanuel Macron. Pas de "bonne année !" sur les Champs-Elysées, à Paris, ou sur la place du Capitole à Toulouse, donc.

De façon générale, si le confinement sera levé au 15 décembre, des restrictions demeureront. "Les grands rassemblements seront interdits ainsi que tous les événements festifs dans les salles à louer", a indiqué le président de la République. "Tous les lieux qui (...) sont susceptibles de rassembler un grand nombre de personnes venant de régions différentes resteront fermés", a-t-il également indiqué. "De même, les bars, les restaurants, les discothèques, ne pourront réouvrir leurs portes malheureusement, durant cette période."

"Limiter le nombre d'adultes ensemble dans une même pièce"

Sans donner de chiffre précis, Emmanuel Macron a invité les Français lors de "réunions privées" à "au maximum limiter le nombre d’adultes ensemble dans une même pièce à un même moment". "Nous devons tous veiller à respecter les règles sanitaires entre nous pour protéger chacun", a-t-il ajouté.

De son côté, le professeur Rémi Salomon, président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) s'est montré plus concret dans ses recommandations. "On coupe la bûche de Noël en deux et papy et mamie mangent dans la cuisine et nous, dans la salle à manger, a-t-il préconisé sur franceinfo, mardi. Il ne faut pas manger avec papy et mamie, même à Noël, même si on a pris des précautions avant", a-t-il ajouté. Et d'insister : "On peut aller chez papy et mamie à Noël, mais on ne mange pas avec eux. Si je transmets le virus à papy et mamie, c'est pire que tout."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.