Avenue de l'Europe, le mag, France 3

"Avenue de l'Europe". Mondialisation : s’ouvrir sans périr !

a revoir

Présenté parVéronique Auger

Diffusé le 27/02/2019Durée : 01h5

L’Union européenne est aujourd’hui la troisième puissance commerciale du monde et échange chaque année l’équivalent de 3 454 milliards d’euros de biens, principalement avec les Etats-Unis et la Chine. Les Européens profitent de la mondialisation. Pourquoi n’en ont-ils pas le sentiment ? Quelles armes possèdent-ils contre les attaques commerciales de Donald Trump ou des dirigeants chinois ? Peuvent-ils arrêter de se livrer entre eux une concurrence fratricide ?

Au sommaire

Allemagne : l'entrisme chinois

La Chine investit massivement dans tous les Etats membres de l’Union européenne (+ 77% en 2016) et l’Allemagne est son terrain de prédilection. Les investissements chinois ciblent toutes les entreprises, petites et grandes, les ports comme celui de Hambourg, et les villes comme la très stratégique cité de Duisbourg dans laquelle arrive le train de la "nouvelle route de la soie". Après s’être laissé faire, les dirigeants allemands tentent de mettre le holà mais ils ont du mal à résister aux géants chinois, à commencer par le très sulfureux Huawei.

Une enquête de Frédérique Maillard-Laudisa et Denis Bassompierre.

Italie : la qualité, une arme de guerre

Elles n’ont l’air de rien mais constituent l’une des armes les plus efficaces de l’Europe dans la guerre commerciale. Ainsi, dans l’accord commercial entre l’UE et le Japon (le Jefta) qui vient juste d’entrer en vigueur, l’Europe a réussi à faire reconnaître 200 Indications géographiques protégées (IGP, le nom européen des AOP). Autant de produits européens qui ne pourront plus être copiés par les Japonais. Les Italiens font partie des mieux servis, avec 12 IGP reconnues par les Japonais, dont le vinaigre de Modène et le parmigiano reggiano.

Un reportage d’Anne Sylvain et Alexis Delcourt. 

Transports routiers : concurrence fratricide

Il y a trois millions de chauffeurs routiers dans l’UE. Ils sont les bras armés du commerce international. Or, les Etats européens n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur leurs conditions de salaire et de travail. Les pays à bas coût comme la Pologne en profitent. On y trouve 800 000 entreprises qui ont trusté le transport de marchandises en Europe et les 300 000 chauffeurs polonais ne suffisent plus. Les transporteurs font maintenant appel à des Ukrainiens ou à des Philippins.

Un reportage d'Isabelle Baechler et Steven Pichavant.

Suite à la diffusion de ces reportages, Véronique Auger reçoit Pascal Lamy, actuel président de l’Institut Jacques Delors, qui vient de publier Où va le monde ? avec Nicole Gnesotto (éd. Odile Jacob). Ancien commissaire européen pour le commerce et directeur général de l’OMC, il est à l’origine de l’ouverture commerciale de l’Union européenne au reste du monde.

Et toujours, l'Œil avisé d'Alex Taylor.

Retrouvez deux fois par semaine "Drôle d’Europe" sur franceinfo (canal 27), avec Véronique Auger, Caroline de Camaret (France 24), François Beaudonnet, Valéry Lerouge et Pascal Verdeau.

En partenariat avec le journal Ouest-France. 

La rédaction d'"Avenue de l'Europe, le mag" vous invite à réagir à l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #AVDLE.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==