Avenue de l'Europe, le mag, France 3

"Avenue de l'Europe". Ces peuples qui ont peur…

a revoir

Présenté parVéronique Auger

Diffusé le 30/01/2019Durée : 01h0

Voir la vidéo

Jadis grandes nations européennes, l’Autriche, la Hongrie et l’Italie se sentent aujourd'hui menacées par la poussée migratoire et craignent de voir leurs valeurs traditionnelles disparaître. Pour faire face à ce qu’ils ressentent comme une déchéance, les habitants de ces pays ont confié les clés du pouvoir à des partis dirigés par des hommes volontaristes qui mènent une politique basée sur le rejet des migrants et un nationalisme exacerbé. Enquête sur ces populistes qui veulent que leur voix porte en Europe.

Au sommaire

Hongrie : la peur du grand remplacement

Le pays qui affiche un des taux de natalité les plus bas d’Europe est confronté à une pénurie de main-d’œuvre et au départ de ses jeunes actifs, attirés par des salaires plus élevés à l’étranger. Mais pour le Premier ministre Viktor Orbán, il est hors de question d’avoir recours aux migrants pour occuper les postes restés vacants et faire tourner l'économie. Sous son impulsion, la Hongrie a mis en place une politique nataliste volontariste. Les familles nombreuses sont chouchoutées et les Hongrois sont incités à faire plus d’enfants, le tout dans le respect des valeurs traditionnelles.

Un reportage d'Hélène Hug et Loïc Le Moigne.

Autriche : la peur de l'islam

Traumatisée par les milliers de migrants qui ont traversé le pays à l’automne 2015, l’Autriche s’est tournée, aux élections de 2016, vers une coalition de droite et d’extrême droite décidée à sécuriser les frontières et à tenir à distance des migrants qui font aujourd’hui l’objet d’un rejet généralisé. Pour une majorité d’Autrichiens, la culture musulmane est "incompatible" avec les valeurs de l’Autriche, en particulier sur les questions de condition de la femme et de traditions.

Un reportage de Geneviève Roger et Steven Pichavant. 

Italie : la peur du vide

La Sicile, où un jeune sur deux est au chômage, se sent abandonnée par le reste de l’Italie. Après avoir testé toutes les formations de l'échiquier politique, les Siciliens se sont laissé séduire par Matteo Salvini, le leader de la Ligue, le parti du nord de l'Italie qui, jusqu’à présent, affichait un profond mépris pour les habitants du sud du pays. Ceux qui n’ont pas fui l’île pour un avenir meilleur s’en remettent à lui pour redresser l’économie sinistrée. Sa politique anti-immigrés séduit également une partie de la population.

Une enquête d'Isabelle Baechler et Denis Bassompierre.

L'invité : Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge, député européen, chef de file de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe. Il accuse Matteo Salvini, Viktor Orbán, Sebastian Kurz et Marine Le Pen d’instrumentaliser la question migratoire pour détruire l’Union européenne.

Et toujours, "L'Œil" avisé d'Alex Taylor.

En partenariat avec le journal Ouest-France.

Retrouvez deux fois par semaine "Drôle d’Europe" sur franceinfo (canal 27), avec Véronique Auger (France Télévisions), Caroline de Camaret (France 24), Delphine Simon (France Inter) et Isabelle Labeyrie (Radio France).

La rédaction d'"Avenue de l'Europe, le mag" vous invite à réagir à l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #AVDLE.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==