Guerre entre le Hamas et Israël : à Gaza, une soldate otage libérée par l’armée israélienne

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre entre le Hamas et Israël : à Gaza, une soldate otage libérée par l’armée israélienne
Guerre entre le Hamas et Israël : à Gaza, une soldate otage libérée par l’armée israélienne Guerre entre le Hamas et Israël : à Gaza, une soldate otage libérée par l’armée israélienne (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Boutet, L. de Villepin, @RevelateursFTV, C. Beauvalet
France Télévisions
franceinfo
Au Proche-Orient, l’armée israélienne dit avoir frappé plus de 600 cibles dans la bande de Gaza ces dernières 24 heures. Des chars et ses soldats ont pénétré dans l’enclave palestinienne. Une soldate israélienne, détenue depuis le 7 octobre, a été libérée. Le point sur cette journée du 30 octobre.

Elle a retrouvé sa famille. La soldate Ori Megidish, libérée la nuit dernière grâce à une intervention de l'armée israélienne à Gaza. Elle serait en bonne santé. Est-ce un hasard ? Ce lundi 30 octobre, le Hamas communique une vidéo que nous avons décidé de ne pas diffuser. Trois femmes israéliennes, âgées de 36 à 45 ans, sont présentées comme des otages. La seule qui parle, peut-être sous la contrainte, s’adresse d’un ton véhément à Benyamin Netanyahou, l’exhortant d’accepter un échange de prisonniers avec le Hamas. 

200 otages toujours aux mains du Hamas

Depuis quelques jours, Israël largue des tracts sur Gaza. Objectif : localiser les otages. Au 24e jour de la guerre, les bombardements continuent. Ce fut le cas à la mi-journée à Rafah, là où se sont réfugiés quelques-uns des 170 Français de Gaza. Au Nord du territoire, les chars progressent, les accrochages se multiplient. Un témoin filme une voiture qui fait demi-tour, lorsque tout à coup, une explosion, le tir d’un blindé. "Faites demi-tour", hurle alors le conducteur à tous les véhicules qui arrivent. Israël dit avoir frappé près de 600 cibles militaires ces dernières 24 heures. Plus de 200 otages demeurent aux mains du Hamas. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.