Indre : 20 000 personnes réunies pour un festival techno

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
À Villegongis (Indre), plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues ce week-end du vendredi 19 mai pour le Teknival, un festival de musique techno qui fête ses 30 ans, bien que les festivités ne soient pas autorisées par les autorités. -
Indre : 20 000 personnes réunies pour un festival techno À Villegongis (Indre), plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues ce week-end du vendredi 19 mai pour le Teknival, un festival de musique techno qui fête ses 30 ans, bien que les festivités ne soient pas autorisées par les autorités. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - O. Longueval, T. Cuny, Q. Trigodet, France 3 Centre-Val de Loire, S. Gravelaine
France Télévisions
France 3
À Villegongis (Indre), plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues ce week-end du vendredi 19 mai pour le Teknival, un festival de musique techno qui fête ses 30 ans, bien que les festivités ne soient pas autorisées par les autorités.

En seulement quelques heures, une prairie de l’Indre s’est transformée en messe géante de la musique techno. Un rassemblement festif de 20 000 personnes réunies pour les 30 ans du Teknival. “On sait s’organiser dans la bienveillance, sans faire de mal à personne”, dit une festivalière. Un rassemblement néanmoins interdit par la préfecture et organisé sans l’autorisation du propriétaire du terrain.

Des gendarmes mobilisés pour encadrer les festivités

C’est donc par surprise que sont arrivés les teknivaliers, jeudi 18 mai, à Villegongis (Indre). Pour l'heure, les habitants rencontrés sont sereins et bienveillants. Sur place, un important dispositif est déployé. 240 gendarmes, quatre points de contrôle et des équipes cynophiles à la recherche d’éventuels stupéfiants. Pour l’heure, il n'est pas question d’évacuer les fêtards, trop nombreux. Des dizaines de secouristes sont aussi réquisitionnés, car les autorités attendent jusqu’à 40 000 personnes sur place ce week-end.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.