Immeubles effondrés à Marseille : qui sont les victimes ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Les quatre premières victimes de l'effondrement de l'immeuble à Marseille ont été identifiées, plus de 48 heures après le drame. Il s'agit d'un homme et de trois femmes, âgés de 66 à 89 ans. L'espoir, de plus en plus mince, de retrouver vivant un jeune couple est toujours là. -
Immeubles effondrés à Marseille : qui sont les victimes ? Les quatre premières victimes de l'effondrement de l'immeuble à Marseille ont été identifiées, plus de 48 heures après le drame. Il s'agit d'un homme et de trois femmes, âgés de 66 à 89 ans. L'espoir, de plus en plus mince, de retrouver vivant un jeune couple est toujours là. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - J. Debraux, T. Souman, C. La Rocca, @RevelateursFTV, France 3 Provence-Alpes, A. Etienne
France Télévisions
France 3
Les quatre premières victimes de l'effondrement de l'immeuble à Marseille ont été identifiées, plus de 48 heures après le drame. Il s'agit d'un homme et de trois femmes, âgés de 66 à 89 ans.

À bord d'un véhicule, le corps de la sixième victime a été retrouvé lundi 10 avril, dans la soirée, dans les décombres. Mardi matin, alors que les pompiers poursuivent inlassablement leurs recherches, on connaît désormais l'identité de quatre des six personnes décédées. En rez-de-jardin, Nicole Gacon, 66 ans, jeune retraitée originaire de Bordeaux (Gironde), venait de s'installer dans la région. Au premier étage, Antonietta Alemo, 89 ans, une retraitée d'origine italienne. Sa nièce est venue lui rendre hommage dans l'église où elle avait ses habitudes. 

Deux personnes toujours portées disparues 

Au dernier étage, Jacques Praxy et Anne-Marie Genevisi, 73 et 74 ans, formaient un couple apprécié de tous, installés dans l'immeuble de longue date. Deux autres corps sont toujours en cours d'identification. Les proches des victimes sont accompagnés par des psychologues. Mardi midi, les fouilles se poursuivent pour tenter de retrouver les deux personnes toujours portées disparues. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.