Cet article date de plus d'un an.

Immeubles effondrés à Marseille : le traumatisme des riverains évacués

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Une quarantaine d'immeubles ont été évacués par sécurité, à Marseille. Environ 200 personnes ont dû trouver une solution de relogement. Certaines sont allées chez des amis, d’autres dans leur famille, et des chambres d'hôtel ont également été proposées.
Immeubles effondrés à Marseille : le traumatisme des riverains évacués Une quarantaine d'immeubles ont été évacués par sécurité, à Marseille. Environ 200 personnes ont dû trouver une solution de relogement. Certaines sont allées chez des amis, d’autres dans leur famille, et des chambres d'hôtel ont également été proposées. (France 3)
Article rédigé par France 3 - France 3 Provence-Alpes, S. Soualmia, F. Renard
France Télévisions
France 3
Une quarantaine d'immeubles ont été évacués par sécurité, à Marseille. Environ 200 personnes ont dû trouver une solution de relogement. Certaines sont allées chez des amis, d’autres dans leur famille, et des chambres d'hôtel ont également été proposées.

Toute la journée, Diana Taleb a tenté de rassurer ses proches et sa famille par téléphone. Evacuée du 24 rue de Tivoli dans la nuit de l’explosion, elle fait partie de la cinquantaine de personnes relogées à l’hôtel depuis lundi 10 avril par les services de la ville. Epuisée, elle est traumatisée. "J’ai l’image, ça je l’oublie pas. Même le médecin, le psychologue, il peut pas me faire oublier ça", confie-t-elle.  

Les équipes de l'AVAD mobilisées  

Sous le choc, Diana appréhende de rentrer chez elle lorsque les opérations de consolidation des immeubles auront pris fin. "J’ai peur, je ne suis pas bien. Je suis dégoûtée de tout", dit-elle. Une cellule médico-psychologique a été mise en place pour les délogés et proches des victimes dans un gymnase, surveillé par des vigiles. Les équipes de l’AVAD (Association d’aide aux victimes) sont mobilisées depuis la nuit du drame. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.