Immeubles effondrés à Marseille : les recherches se poursuivent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
L'attente est insoutenable pour les proches et les familles des deux personnes toujours portées disparues rue de Tivoli à Marseille, alors que les recherches se poursuivent, mardi 11 avril. L'enquête va pouvoir vraiment démarrer pour déterminer les causes de l'explosion, avec la piste du gaz toujours privilégiée. -
Immeubles effondrés à Marseille : les recherches se poursuivent L'attente est insoutenable pour les proches et les familles des deux personnes toujours portées disparues rue de Tivoli à Marseille, alors que les recherches se poursuivent, mardi 11 avril. L'enquête va pouvoir vraiment démarrer pour déterminer les causes de l'explosion, avec la piste du gaz toujours privilégiée. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - N. Perez, M. Khiat, S. Guillemot, F. Fontaine
France Télévisions
France 3
L'attente est insoutenable pour les proches et les familles des deux personnes toujours portées disparues rue de Tivoli, à Marseille, mardi 11 avril. L'enquête va pouvoir vraiment démarrer pour déterminer les causes de l'explosion, avec la piste du gaz toujours privilégiée.

Toute la nuit, les sauveteurs ont fouillé les décombres. Mardi 11 avril, à l'aube, les grues reprenaient le travail. Des manœuvres délicates pour s'approcher au plus près du sinistre, et continuer sans relâche à déblayer des tonnes de gravats. Mardi matin, la moitié avait déjà été évacuée. Ces recherches minutieuses ont permis de retrouver un élément déterminant pour l'enquête : le compteur à gaz, qui était installé au premier étage de l'immeuble.  

Hypothèse d'une fuite de gaz 

Selon les enquêteurs, l'hypothèse privilégiée serait donc une fuite de gaz, au premier étage ou au rez-de-chaussée, là où se trouvaient les seuls appartements équipés au gaz. Une étincelle aurait déclenché l'explosion au bas de l'immeuble, provoquant l'effondrement de tout l'édifice. Aujourd'huiles investigations se poursuivent, et pourraient durer des semaines. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.