Cet article date de plus de trois ans.

PV de stationnement : une réforme contestée par les automobilistes mais qui rapporte

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
PV de stationnement : une réforme contestée par les automobilistes mais qui rapporte
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Premier bilan de la réforme des PV de stationnement depuis son entrée en vigueur début janvier. Une soixantaine de pétitions circulent. Si les élus se réjouissent, de nombreux automobilistes se plaignent des nouveaux tarifs.

Quand un automobiliste ne paye pas son stationnement, il n'écope plus d'une amende, mais d'un forfait post-stationnement délivré par un agent privé. Le montant varie entre 17 et 60 euros selon la ville. La tarification aussi est très variable. À Strasbourg (Bas-Rhin), se garer deux heures coûte 4,20 euros, puis 35 euros pour rester trois heures. Deux mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle tarification, le maire de la ville estime qu'un premier objectif est atteint : "il y a davantage de places disponibles".

Les pétitions circulent

À Bordeaux (Gironde) aussi, les rondes des agents privés ont radicalement changé les habitudes. 92% des automobilistes payent désormais leur stationnement, contre seulement 50% en 2017. Mais dans le quartier de Saint-Augustin, excentré de Bordeaux, des sifflets accueillent Alain Juppé et son équipe. La municipalité vient de décider que les nouvelles règles de stationnement s'appliqueront aussi dans cette zone aujourd'hui gratuite. La tension monte entre Jean-Louis David, adjoint au maire chargé de la vie urbaine et les manifestants. Sur les réseaux sociaux, les pétitions signées par les automobilistes résidents, les commerçants, les artisans et les salariés circulent. Face à la grogne, Alain Juppé propose une baisse des tarifications.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.