Cet article date de plus d'un an.

Opération Wuambushu : à Mayotte, la montée des tensions

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Mayotte : la montée des tensions
Article rédigé par France 2 - M.Boisseau, N.Salem, M.Bitton
France Télévisions
France 2
Alors que l'opération d'expulsion des migrants illégaux et de destructions des habitations illégales continuent à Mayotte, les tensions sont de plus en plus vives. Les équipes de France Télévisions ont suivi une brigade d'intervention spécialisée.

Les délinquants ont surgi dans la nuit. Certains, vêtus d'une combinaison blanche afin de ne pas être identifiés. Ces derniers ont agressé des automobilistes dans la soirée du mercredi 26 avril. L'équipe de France Télévisions a suivi la brigade spécialisée dans les violences urbaines, tous équipés de grenades lacrymogènes et de lanceurs de balles de défense. Dans l'altercation, les délinquants touchent un officier avec des pierres. Neuf policiers sont blessés. À la fin de chaque attaque, les belligérants vont se cacher dans la végétation. "Ici ce n'est pas la France", crie l'un d'entre eux. Malgré les problématiques de ces derniers jours, les forces de l'ordre veulent continuer leur opération à Mayotte contre les immigrés clandestins. 

Dix maisons détruites

Ce jeudi matin a eu lieu la première destruction des logements illégaux. En tout, dix maisons ont été visées, en béton pour la plupart. Certaines n'étaient pas occupées. Le Préfet de l'île s'est rendu sur place. Selon lui, l'intervention n'est pas négligeable. "Depuis deux ans, on a démoli plus de 2 000 habitats insalubres dans l'île", explique-t-il. En cas de destruction d'un bidonville, les autorités disent proposer une solution de relogement de six mois. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.