Pornographie : les ravages des vidéos intimes postées en ligne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
En mai 2020, Kate Spencer, une Américaine, a découvert que l’un de ses ex avait posté leurs ébats sur un site pornographique. Depuis, la jeune femme lutte pour se reconstruire. -
Pornographie : les ravages des vidéos intimes postées en ligne En mai 2020, Kate Spencer, une Américaine, a découvert que l’un de ses ex avait posté leurs ébats sur un site pornographique. Depuis, la jeune femme lutte pour se reconstruire. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Maurice, B. Chabeau, M. Boulay, Agence Premières Lignes
France Télévisions
France 2
En mai 2020, Kate Spencer, une Américaine, a découvert que l’un de ses ex avait posté leurs ébats sur un site pornographique. Depuis, la jeune femme lutte pour se reconstruire.

Le monde de Kate Spencer, une Américaine, a basculé en mai 2020. Un jour, des amis lui apprennent qu’un garçon avec qui elle avait eu des relations dans sa jeunesse a posté deux vidéos intimes d’eux sur un site porno. Les vidéos de leurs ébats, le fameux Gage les a postées via son compte PornHub, en 2010, en accès libre. Kate Spencer reprend immédiatement contact avec l’homme qu’elle a perdu de vue. Les vidéos sont supprimées, mais c’est trop tard. En 10 ans, ces vidéos en libre accès se sont répandues partout sur Internet.

Un syndrome de stress post-traumatique

Au total, Kate Spencer a dénombré 45 sites Internet. Elle a également compté jusqu’à cinq millions de vues. "Cela affecte toutes vos relations, amicales, familiales, amoureuses, toutes", déplore-t-elle. Elle ajoute : "Si je veux rencontrer quelqu’un de nouveau un jour, comment je serai capable de lui faire confiance. Ces sites pornos ont ruiné ma vie." Face à l’épreuve, le mariage de Kate Spencer n’a pas tenu. Les psychiatres lui ont diagnostiqué un syndrome de stress post-traumatique.

Parmi nos sources

Retrouvez nosSources avec l'intégrale du document de Cash Investigation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.