Bijoutier tué à Cannes en 2011 : ouverture du procès des quatre accusés

Les quatre auteurs du braquage qui a coûté la vie à un bijoutier de Cannes en novembre 2011 sont jugés à la cour d'assises de Nice depuis ce 16 avril. Les proches de la victime sont éprouvées.

FRANCE 3

Le drame s'est noué le 26 novembre 2011. Ce jour-là, à Cannes (Alpes-Maritimes), la bijouterie de Thierry Unik est braquée. Le commerçant est tué d'une balle dans la tête. Son frère jumeau, Michel, et l'épouse de ce dernier, Pascale, assistent au drame.

Ce jeudi 16 avril, le procès des quatre braqueurs s'est ouvert devant la cour d'assises de Nice. Pour Michel Unik, "ce n'est pas facile" d'être là. Mais il assure n'avoir aucune appréhension à l'idée de voir les auteurs du braquage. "Au contraire, je veux qu'ils me voient et qu'ils me regardent", dit-il à France 3.

Un geste "accidentel" ?

Fabien Collado, l'avocat du tireur présumé, plaide l'accident, bien que le pistolet était chargé et prêt à tirer. "Le fait que l'arme était chargée est une faute d'imprudence. Les bandes vidéo montrent incontestablement que son geste était accidentel. Il n'a jamais eu l'intention de tuer ce bijoutier", déclare-t-il.

Les quatre accusés sont aujourd'hui âgés de 25 à 40 ans. "Le procès devrait durer 10 jours. Les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité", conclut Nathalie Pérez, l'envoyée spéciale de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT