Cet article date de plus d'un an.

Santé : un ancien paysagiste alerte sur les risques des pesticides

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Santé : un ancien paysagiste alerte sur les risques des pesticides
Article rédigé par France 3 - Région Bretagne, C.Bazile, E.Maillard, G.Lancien
France Télévisions
France 3
Le matin du vendredi 24 février, un rassemblement à eu lieu devant le tribunal administratif de Rennes pour soutenir un ancien paysagiste. Pendant plus de vingt ans, il a utilisé du glyphosate pour désherber les jardins, qui serait à l’origine de son lymphome et de la perte de ses jambes.

C’est à petits pas que Ludovic Maugé réapprend à marcher. Ce paysagiste de 51 ans a perdu l’usage de ses jambes, après des troubles neurologiques et des pertes d’équilibre. Après une errance médicale de plusieurs mois, un lymphome est diagnostiqué. Un cancer du sang foudroyant, provoqué par l’exposition au glyphosate, un herbicide qu’il a utilisé pendant vingt ans.

Pertes de mémoire

Ludovic Maugé est désormais en rémission, et dénonce les risques. "Je travaillais avec un pulvérisateur avec du Roundup pour nettoyer l’allée (…) Il n’y avait pas de masques, pas de gants il y a 20 ans (…) J’ai été même jusqu’à perdre la mémoire, ne plus reconnaître ma famille", décrit-il. Son lymphome a été reconnu comme maladie professionnelle, avec une indemnité de 330 euros par mois. Il espère l’interdiction du glyphosate de la société Bayer-Monsanto. La Commission européenne a pourtant prolongé son autorisation jusqu’en 2023.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.