Violences policières : "Nous avons une totale confiance, mais aussi une grande exigence" envers les forces de l'ordre, affirme Sibeth Ndiaye

Invité sur franceinfo jeudi 11 juin, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, revient sur les violences policières, la reprise économique et le racisme en France. Elle renouvelle sa "confiance" à Gérald Darmanin, après la reprise des investigations sur les accusations de viol à son encontre.

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, était l\'invitée de franceinfo jeudi 11 juin 2020.
Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, était l'invitée de franceinfo jeudi 11 juin 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Nous avons une totale confiance, mais aussi une grande exigence" envers les forces de l'ordre, a assuré jeudi 11 juin sur franceinfo Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, après les polémiques de ces derniers jours autour des violences policières et du racisme dans la police.

"Il ne faut pas être dans des amalgames inutiles. Il faut regarder les choses avec calme et sérénité", souligne Sibeth Ndiaye. Elle appelle à ne "pas confondre, ni les débats, ni les pays", alors que plusieurs manifestations ont eu lieu en hommage à George Floyd. "Il ne faut pas faire d'amalgame entre les difficultés qui sont liées au maintien de l'ordre, il ne faut pas faire d'amalgame avec la question du racisme." Il y a des idées "qui peuvent se jointer à certains égards" entre la France et les Etats-Unis, "mais qui ne sont pas identiques. Et il ne faut pas confondre les situations française et américaine qui sont redoutablement différentes".

Le racisme "n'est pas une idée en l'air", il existe "dans tous les corps sociaux"

Sibeth Ndiaye pointe "une situation où il ne faut pas réagir dans l'émotion, quelque chose à fleur de peau". La porte-parole du gouvernement tient à affirmer que "nos institutions en France ne sont pas racistes".

La police française, en tant qu'administration, la gendarmerie, ne sont pas racistes. il n'y a absolument aucun débat là-dessus.Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernementsur franceinfo

Mais le racisme "n'est pas une idée en l'air, c'est quelque chose qui malheureusement existe et c'est une maladie qui parfois est bien profonde" et qui existe "dans tous les corps sociaux".

Sibeth Ndiaye entend que ceux qui commettent des actes racistes soient "systématiquement punis et sanctionnés, évidemment après qu'il y ait enquête". Mais elle veut aussi "entendre la souffrance de ceux qui sont victimes de ces discriminations, de ce racisme-là". "Il faut comprendre l'émotion qui est suscitée et soutenir de manière totale et absolue nos forces de l'ordre. Et pour ça, elles doivent être aussi exemplaires."

"Les policiers et les gendarmes sont extrêmement sollicités"

Jeudi 11 juin, des policiers ont déposé symboliquement leurs menottes à terre, pour témoigner de la pression qui pèse sur eux et pour dénoncer les annonces de Christophe Castaner qui entend revoir leurs méthodes d'interpellations. "Depuis plusieurs mois, plusieurs années, les policiers et les gendarmes sont extrêmement sollicités", rappelle Sibeth Ndiaye. "Il y a eu des manifestations très violentes à l'égard des forces de l'ordre. Dans un contexte de violence, on comprend que la manœuvre d'interpellation soit complexe." Mais elle souligne qu'il faut aussi "percevoir de l'autre côté ce que cela peut représenter". Il faut donc que les forces de l'ordre "aient les outils" pour exercer leur mission.

Dans ce contexte de tensions entre la population et les forces de l'ordre et sur fond de désaccord entre les policiers et leur ministre, la porte-parole du gouvernement assure que le président de la République "est préoccupé par la situation. Il la suit avec énormément d'attention". Emmanuel Macron "aura à cœur de s'exprimer dans les tout prochains jours", rappelle Sibeth Ndiaye. Le président doit faire une allocution télévisée dimanche à 20h.

Sibeth Ndiaye renouvelle sa "confiance" à Gérald Darmanin

"Je lui renouvelle mon amitié et ma confiance ce soir", a indiqué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye à destination de Gérald Darmanin, alors que la Cour de cassation a ordonné la reprise des investigations concernant les accusations de viol visant le ministre de l'Action et des Comptes publics.

Il faut replacer les choses dans leur contexte, c'est une décision de la Cour de cassation. Elle intervient sur des sujets de forme et je voudrais rappeler que sur le fond de l'affaire, Gérald Darmanin a bénéficié d'un non-lieu.Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernementsur franceinfo

Interrogée sur les rumeurs de démission d'Emmanuel Macron évoquées par Le Figaro, Sibeth Ndiaye répond : "L'Elysée a démenti. C'est assez loufoque, imaginer une démission du président de la République. Je crois que ça serait à la fois tout à fait contraire à l'esprit de nos institutions et même assez éloigné du caractère d'Emmanuel Macron, qui est plutôt quelqu'un qui affronte les crises et les moments difficiles."

Sibeth Ndiaye dément toute dissension entre Edouard Philippe et Emmanuel Macron

La porte-parole du gouvernement dément tout autant les indiscrétions sur de prétendues dissensions entre le Premier ministre et le président de la République : "pas du tout, vous avez peut-être des personnalités qui sont différentes et c'est encore heureux qu'ils ne soient pas des clones, mais sur la doctrine politique et la gestion de cette crise, ils ont été à tout moment parfaitement alignés et parfaitement convergents sur ce qu'il fallait faire." Elle conteste également les affirmations du journal Le Parisien selon lesquelles le Premier ministre lui aurait demandé par SMS de "tuer" les rumeurs sur des dissensions.

La porte-parole botte en touche au sujet de la possibilité d'un remaniement ministériel. "Ça ne m'appartient pas à moi, porte-parole du gouvernement, de dire s'il doit y avoir un remaniement et quand il doit avoir lieu", dit-elle.

Pour revoir l'interview en intégralité :