Allemagne : les attaques à la dynamite contre les distributeurs de billets se multiplient

Publié Mis à jour
Allemagne : les attaques à la dynamite se multiplient contre les distributeurs de billets
Article rédigé par
L. Desbonnets, S. Milliard, M. Werth - France 2
France Télévisions
En Allemagne, les banques commencent à perdre patience. Pas moins de 800 distributeurs de billets ont été attaqués à l'explosif en deux ans. Le phénomène est tel que les banques songent à fermer leurs distributeurs la nuit.

En moyenne, plus d'une attaque par jour. Environ 800 distributeurs ont été forcés au cours des deux dernières années en Allemagne, de plus en plus souvent à l'explosif. Le pays semble incapable d'endiguer un phénomène d'une ampleur inédite. Le mode opératoire est souvent le même : en pleine nuit, comme dans le centre-ville de Schüttorf (Allemagne). Holger Zwafing, un commerçant, a tout vu. "À 00h15, il y a eu l'explosion, et après, ils ont voulu essayer de récupérer l'argent. Puis il y a eu une deuxième explosion, et le feu s'est propagé", raconte-t-il. Le butin s'est élevé à 80 000 euros. En 2021, rien que dans la région de Francfort (Allemagne), plus de 2,5 millions d'euros d'argent liquide ont ainsi été dérobés.

Des réseaux organisés

Selon la police, les braquages sont l'œuvre de réseaux organisés, qui maîtrisent l'utilisation d'explosifs, et prennent souvent la fuite à plus de 300 km/h en direction des Pays-Bas. Des patrouilles de police spéciales ont été mises en place à la frontière. "C'est dangereux, car quand ils sont en fuite, ils ne s'occupent pas du trafic ou de la police. Ils sont prêts à tout pour échapper à notre contrôle", relève Dominik Strör. 

Parmi les solutions envisagées, fermer l'accès aux distributeurs entre 23 heures et 6 heures du matin, quand ils sont situés à l'intérieur des bâtiments. Le ministère allemand de l'Intérieur redoute que ces attaques finissent par faire des victimes, et demande aux banques d'investir davantage dans la sécurité des distributeurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.