Pic de chaleur : les habitudes de consommation modifiées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Avec le pic de chaleur, lundi 2 octobre, les clients d’un primeur de Bordeaux se tournent essentiellement vers des fruits et légumes d’été. Alors, les producteurs s’inquiètent d’un surstock de produits d’automne.
Pic de chaleur : les habitudes de consommation modifiées Avec le pic de chaleur, lundi 2 octobre, les clients d’un primeur de Bordeaux se tournent essentiellement vers des fruits et légumes d’été. Alors, les producteurs s’inquiètent d’un surstock de produits d’automne. (France 2)
Article rédigé par France 2 - F.Griffond, D. Basier, M-.P.Cossignord, G.Fournival, J.Cohen-Olivieri, K. Helies
France Télévisions
France 2
Avec le pic de chaleur, lundi 2 octobre, les clients d’un primeur de Bordeaux se tournent essentiellement vers des fruits et légumes d’été. Alors, les producteurs s’inquiètent d’un surstock de produits d’automne.

À midi, lundi 2 octobre, il faisait déjà chaud à Bordeaux (Gironde). Un primeur installe en rayon des courges Butternut et des choux-fleurs. Ces légumes de saison, il ne les vendra sûrement pas. "Tant qu’il fait chaud, on ne vendra pas les produits d’automne", assure-t-il. Ici, les clients restent effectivement sur une consommation estivale. "C’est encore les couleurs de l’été. Peut-être que ça sera maintenant les nouvelles couleurs de l’automne", estime une femme.

Des températures en baisse

Pour les producteurs, cela peut poser problème. À Nantes (Loire-Atlantique), un maraîcher craint de se retrouver avec des stocks d’invendus. "Avec ce temps-là, vendre des produits d’automne, c’est très compliqué", indique Romain Badonneau, producteur et vendeur de fruits et légumes, qui précise que "personne n’a envie de manger du chou-fleur". Les légumes d’été restent bon marché et savoureux. Les clients en profitent dans leurs assiettes. Les températures devraient baisser à partir de mardi.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.